Ecrire de la romance

ECRIRE DE LA ROMANCE

Bonjour ! Vous avez été plusieurs à me demander narquoisement quand j’allais écrire un article sur la romance. Et me voilà. Alors, comme beaucoup de mes lecteurs le savent, je déteste la romance, de manière plutôt intense. Je m’excuse d’avance si cet article semble… Hum… Sarcastique. Parce qu’il risque de l’être un tout petit peu. Mais je vais faire ce que je peux.

1. La romance, c’est quoi ?

Bon, même si ça me semble évident, la romance est un sous-genre littéraire où deux personnages qui ne se connaissent pas ou peu se rapprochent progressivement jusqu’à former un couple. La plupart du temps, la romance se termine au mariage, mais on trouve aussi beaucoup de cas où l’histoire se termine avec les petits oiseaux qui chantent pour couvrir le vacarme d’une nuit beaucoup trop longue où les deux partenaires décident de se mettre au sport sans raison apparente, parfois même avec l’arrivée d’un bébé neuf mois plus tard.

En bref, la romance, c’est tout ce qui se passe entre le moment où les deux personnes se rencontrent et le moment où elles font de la samba dans le lit en poussant des cris étranges. Et c’est un des thèmes les plus récurrents de la littérature et cela dans tous les grands genres littéraires : poésie, roman, théâtre, nouvelles, … On trouve de la romance dans environ un livre sur deux aujourd’hui. Habituellement, cette romance se mélange avec d’autres genres, mais depuis quelques années, l’émergeance des romans « Young Adult » ont popularisé celle-ci au point qu’on ne trouve plus presque exclusivement que ça dans les romans pour adolescents.

Je vous avoue que j’ignore pourquoi ces livres provoquent un tel engouement, mais pourtant, les succès de ces livres n’est plus à démontrer : After, 50 Nuances de Grey, Nos étoiles contraires, Twilight, Journal d’un Vampire, … On ne compte plus le nombre de livres pour adolescents ayant pour thème central la romance.

J’en écris pour ma part assez peu, mais mes nombreuses lectures m’ont permis de vous concocter quelques conseils d’écriture pour vous expliquer dans les grosses lignes ce qui constitue une bonne romance. Libre à vous de suivre ces conseils ou non, comme d’habitude.

2. La rencontre : le passage obligatoire

Commençons par le commencement. Avant de vous embarquer dans une histoire d’amoûûûûûr, il faut que les deux protagonistes que vous avez choisi pour être les victimes de votre esprit maléfique se rencontrent.

On trouve souvent deux clichés principaux. Le premier, c’est le légendaire coup de foudre. Mais si, vous savez bien. Ils croisent le regard de l’être voulu et PAF, deux minutes après ils sont mariés et ont un enfant. Le coup de foudre existe peut-être, mais même là, il faut préparer le terrain et aller doucement, pour construire une relation durable.

Le second cliché, c’est l’engueulade qui se conclut sur un amour. C’est simple, les deux protagonistes se détestent, le plus souvent parce que l’un des deux a fait une connerie qui a nuit à l’autre. Mais à force de se côtoyer, ils finissent par s’apprécier. Je ne sais pas pour vous, mais si un mec casse ma voiture, je lui pète le nez, je couche pas avec. Dans la vraie vie, personne ne couche avec des personnes qui nous ont nui. Vous pouvez débuter votre relation par un conflit, mais trouvez dans ce cas une bonne raison pour mener à l’histoire d’amour.

Non, une rencontre ne mène pas forcément immédiatement à une relation. Et d’ailleurs, elle le fait rarement. Généralement, lors d’une première rencontre, si la personne nous plaît, on ose pas lui dire. Beaucoup se contente de fixer la personne avec des yeux de poissons rouges en gloussant stupidement au moindre mot prononcé. Une bonne rencontre est une rencontre qui débouche sur une personne charmée, qui a envie de revoir la personne. Mais pas plus, pas moins. A moins d’être vraiment bourré, tu ne couches pas le premier soir et ne te marie pas sur un coup de tête.

Cette rencontre doit aussi être très importante pour la cohérence de votre histoire. Si votre histoire se définit comme une histoire d’amour, veillez à laisser un sentiment de suspense au lecteur. S’il sait dès le début que Billy finira avec Josette parce que vous avez trop insisté dessus, il va s’ennuyer. Laissez la relation s’installer doucement, ne faites pas de gros sous-entendus dès la rencontre. Pour les histoires dont la romance est secondaire, faites attention à ne pas changer trop brusquement le caractère de votre personnage, ni à faire une relation contraire à sa personnalité. Par exemple, un personnage froid ne deviendra pas chamallow à la première personne pour qui il ressent quelque chose. Le changement s’amorcera progressivement.

3. L’apprivoisement

Une fois que les deux personnages se connaissent, il faut commencer à les faire se rapprocher. Et contrairement à ce que Disney nous apprend, ça ne se fait pas tout seul. Les deux partis doivent se séduire. C’est comme chez les paons. Le mâle effectue sa parade nuptiale pour attirer la femelle et faire fuir la concurrence. C’est dans cette partie que votre personnage doit montrer qu’il a des sentiments pour la personne visée, et, plus difficile, le lui faire comprendre.

Pour cela, vous devez vous battre sur deux fronts. Le point de vue interne du personnage (pas forcément à la première personne d’ailleurs, c’est un peu lourd à force) est le plus important. Vos descriptions doivent avoir du sens et montrer qu’un grand bouleversement anime votre personnage. On dit souvent qu’on est con par amour, et c’est justifié. La panique peut faire faire n’importe quoi à n’importe qui, pensez-y ! Mettre vos personnages dans des situations cocasses vous permet de vous défouler, en tant qu’auteur, et d’apporter un peu d’action à une relation parfois longue à se mettre en place si vous voulez faire tout ça bien. Le deuxième front, c’est bien sûr la relation en elle-même. Vous devez évoluer assez vite, car votre histoire ne doit pas faire 3000 pages mais assez lentement pour éviter au lecteur de s’impatienter et s’ennuyer.

Dans l’établissement de la relation, s’il vous plaît, par pitié pour tous ces lecteurs qui n’en peuvent plus, n’insérez pas une troisième personne pour perturber l’amourette naissante. Les triangles amoureux tuent la romance. A chaque fois que vous créez un triangle amoureux, un chaton se suicide. Sauvez des chatons, n’écrivez pas de romances à trois au début de la relation. Nous y viendrons, mais soyez patients !

Dans une histoire dont l’histoire d’amour est le centre, cette partie se fait généralement en deux ou trois chapitres. C’est souvent les moments un peu niais où les deux concernés se découvrent et apprennent à s’aimer. Dans une histoire où l’histoire d’amour est secondaire, veillez à faire attention à ce que l’amourette ne prenne pas le pas sur votre scénario principal. Elle doit rester secondaire. L’apprivoisement se fait donc généralement après un événement, ou lors d’un moment calme. En fantasy notamment, les voyages, parfois ennuyeux à expliquer, peuvent faire la parfaite occasion pour cette étape de la relation amoureuse.

Bien sûr, l’apprivoisement doit monter en intensité progressivement, pour arriver ensuite à l’étape suivante.

4. L’annonce

Ce fameux moment qu’on connaît tous. Ce moment où, les larmes aux yeux, les deux personnes se déclarent leur amour, ou découvrent que ce qu’ils pensaient être des sentiments à sens uniques sont en réalité réciproques. C’est l’étape à ne pas rater. Et qui l’est très souvent pourtant car trop vite expédiée.

Cet instant doit se situer au paroxysme de la tension. Les amoureux ne peuvent plus faire autrement que s’annoncer leur amour parce qu’il n’y a plus d’échappatoire. C’est donc la plupart du temps un moment sous tension. De ce fait, vos descriptions mentales et externes doivent se faire violentes. On doit voir l’apparition d’un dilemme dans les pensées du personnage.

Pour les quelques exemples, on trouve cette situation généralement lorsqu’un des deux partis, fatigué d’attendre, menace de passer à autre chose, voir de devenir hors d’atteinte. L’autre personnage doit donc à tout prix retenir l’attention de son ou sa dulcinée. C’est pour cette raison que ce moment est rarement joyeux, voir se produit après un conflit.

Les aveux un peu niais, notamment chez les adolescent, sont à éviter, car ils indiquent forcément l’intrusion de quelque chose d’autre.

Certains textes s’arrêtent à l’aveu de l’amour réciproque, souvent après un apprivoisement long et compliqué. C’est un choix comme un autre, tant que c’est cohérent. On trouve ces fins amoureuses principalement dans les histoires où l’amour est secondaire, car cela permet de se reconcentrer sur l’intrigue principale. Cela peut être également le dénouement, mais attention aux gros clichés du « Ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants » que l’on a tous vu beaucoup trop de fois.

On poursuit pour ceux qui prévoient une histoire plus longue.

5. La stabilisation (ou la fracture) de la relation

Une fois l’amour rendu réciproque, la tension dramatique redescend. On arrive à deux cas possibles.

Dans le premier cas, la relation amoureuse prend un nouveau tournant et se stabilise. Tout se passe bien, les amoureux continuent d’apprendre à se connaître. Si la relation tient dans le temps, cela peut mener à une demande en mariage. Pour la stabilisation du couple, un imprévu peut apparaître, qui scellera l’union du couple et les rapprochera.

Dans le second cas, la stabilisation se passe mal. Le comportement de l’un des deux protagonistes change soudainement, un imprévu débarque. Dans les deux cas, l’épreuve brise le couple qui n’y survit pas.

Vous l’aurez compris, si vous voulez vraiment intégrer un trio amoureux, c’est le moment ! Il n’est pas encore trop tard pour changer de partenaire amoureux. Attention néanmoins à éviter les gros clichés. Le troisième personnage ne doit pas être juste là pour être l’élément perturbateur, il doit évoluer lui aussi et devenir un personnage notable que l’on doit retenir après la lecture du texte. Si vous intégrez un personnage juste pour faire capoter le couple, dans ce cas, vous foncez dans le mur.

Pendant que nous sommes dans les imprévus, il y a aussi le cas des parents. Quand ils ne sont pas morts dans un accident de voiture (WINK WINK), ils peuvent avoir leur mot à dire dans les relations de leurs enfants. A vous de décider si votre personnage se sent la fibre rebelle ou s’il est plus respectueux, voir trop. Vos parents peuvent aussi être tout simplement heureux et ne pas faire de résistance, c’est même ce qui se passe dans la majorité des cas dans la vraie vie. Bref, les parents sont cools et peuvent très bien être utilisés ! De même, pensez aux discriminations. Si votre relation n’est pas hétérosexuelle, pensez à inclure ce que pensent les personnes qui vous entourent. C’est le bon moment de caser un petit message ! On ne le dira jamais, la représentation, c’est bien.

Dans tous les cas, cette étape de la relation est important. Ou ça passe et ça se conclue sur une relation stable, ou ça casse parce que l’un des deux partis choisit quelqu’un d’autre ou décide de rompre, tout simplement.

6. Mariages, enfants et divorces

Enfin, il ne reste plus que le dénouement de votre relation, si vous souhaitez aller jusqu’au bout du bout de votre couple. Tout d’abord, le mariage n’est nullement obligatoire, pas besoin d’alliances pour vivre heureux. Ne vous sentez donc pas obligés  de terminer votre texte sur un mariage (ou un remariage si votre texte débute sur une relation déjà établie). Soyez libres de faire ce que vous voulez !

Néanmoins, si vous choisissez le mariage, comme dit plus haut, évitez vraiment de finir sur ça. Le mariage n’est pas forcément un but en soit, prévoyez un épilogue si vous souhaitez en finir là. Pour le mariage, bah, je n’ai pas d’exemple vraiment précis en tête, si ce n’est que je vous conseille de faire attention s’il se fait à l’église. Il y a beaucoup de codes à respecter pour chaque religion, faites attention à ne pas froisser vos lecteurs croyants. Pour éviter les soucis, privilégiez la mairie. C’est moins glamour mais c’est moins risqué. Ici encore, pensez aux parents !

Enfin, il y a le cas des gosses et du divorce. Il est courant que vos couples se crêpent le chignon (oui, oui, cette expression existe toujours) et divorcent. N’en faites pas une fatalité, c’est de plus en plus courant aujourd’hui et ça se fait rarement dans de grosses engueulades. Il arrive qu’on ne s’entende plus et finalement on préfère se séparer. Pour les gosses, bah, c’est pareil. Soit ça rapproche le couple, soit ça les divise ! A vous de choisir votre fin ! Et encore une fois, une femme n’est pas obligée d’avoir des enfants 🙂 Vous pouvez vivre heureux sans mioches dans les pattes vous savez !

Si vous allez jusqu’au bout du bout de votre relation, vous pouvez également aller jusqu’à la mort. A vous de gérer la perte de l’être aimé. Certains l’acceptent, d’autres moins. On connaît tous l’exemple de Roméo et Juliette. Sans être aussi extrême, plusieurs personnes sombrent dans la folie une fois seuls. A vous de voir !

7. Les personnages stéréotypés et les relations abusives

Pour conclure cet article, parlons un peu de tous ces stéréotypes de personnages et de couples que l’on trouve dans la littérature aujourd’hui. Petit florilège de tout ce que l’on voit trop souvent aujourd’hui :

– La fille qui tombe amoureuse d’un grand mec musclé et qui se rabat sur le mec aux lunettes toujours mis à l’écart pour on ne sait quelle raison.
– Le vol de conquêtes entre meilleurs amis
– Le personnage tout faible et innocent qui se fait protégé par un autre plus fort qui va la sauver et protéger de son environnement (comme dit un ami à moi, le syndrôme de Cendrillon)
– Ces deux personnages qui se détestent… mais finissent quand même ensemble. Paye ta logique et ta cohérence.
– Le personnage jaloux excessivement et qui a gain de cause. Pensez aux messages que vous transmettez.
– Le/la marié(e) qui découvre qu’en fait il déteste soudainement son partenaire, sans raison valide.

Vous l’aurez compris, pour éviter les stéréotypes, il suffit généralement de regarder autour de vous. Demandez à vos parents comment ils se sont rencontrés, ça peut faire une belle histoire à mettre en scène ! Pensez également aux couples non-hétérosexuels et aux femmes avec déjà des enfants ! On n’en voit pas assez, malgré le développement des relations homosexuelles ces dernières années.

Et enfin, un petit point sur les relations abusives et à quel point il faut les fuir comme la peste. Il s’agit de toutes ces relations, le plus souvent après un viol, une agression ou un kidnapping où la victime tombe amoureuse de son oppresseur. On trouve également dans ce cas les femmes battues ou sous le joug d’un homme qui leur impose comment se comporter, mais aussi les femmes harcelées qui cèdent à leur agresseur par peur. Si ces fictions sont parfois utilisées pour décrier un comportement, très maladroitement et pouvant potentiellement blesser les victimes des actes décriés ci-dessus par méconnaissance, elles sont, et c’est effrayant, la plupart du temps écrites en pleine conscience. Pour ces auteurs, sachez que des mineurs influençables lisent vos textes, notamment sur Wattpad, qui est un nid à fictions malsaines, et qui peuvent reproduire ces comportements dans la vraie vie en pensant que c’est logique. Vous êtes responsables de vos mots et des messages que vous transmettez. En rendant le harcèlement ou le viol normaux et impunis, vous encouragez le viol et le harcèlement dans la vraie vie. Faites attention à ce que vous écrivez, la littérature est capable de transmettre des messages importants, ne la rendez pas nuisible.

Si vous voyez ce genre de fictions sur Internet, dénoncez-les immédiatement aux administrateurs du site de partage en question, en employant les arguments ci-dessus pour défendre votre point de vue. Mieux encore, ne lisez pas ces fictions, vous leur donnez de la visibilité et pouvez faire du mal autour de vous sans le vouloir.

C’est fini pour ce looooong article qui ce sera révélé au final plus long que ce que j’avais imaginé. J’espère qu’il a été instructif, n’hésitez pas à me dire ce que vous en avez pensé, c’est important 😀 Merci de votre soutien au quotidien, merci également aux personnes qui ont participé à mon petit questionnaire sur Twitter, vous êtes adorables ! Même si je trouve la romance personnellement détestable pour pleins de raisons, j’espère que je vous aurai appris quelques petits trucs ! Bisouilles et à demain !

Publicités

6 commentaires sur “Ecrire de la romance

Ajouter un commentaire

  1. « Je ne sais pas pour vous, mais si un mec casse ma voiture, je lui pète le nez, je couche pas avec.  »
    Quoi!? Comment? Tu claquerais la porte au nez à l’amour comme ça, alors qu’il se présente à toi, certes maladroitement, mais tout de même! Je ne pense pas que ce genre de rencontres soit si peu crédibles, en réalité, l’homme ou la femme qui nuit par accident est peut être l’humain le plus charmant qui soit… comment le savoir en jugeant sur cette seule rencontre…? Non ce qui est peu crédible par contre, c’est le fait qu’ils soient amenés à se revoir de manière « fortuite » pour développer des sentiments, ex: oh flûte alors, mon nouveau patron est le méchant mais charmant monsieur qui a embouti ma voiture ce matin XD.

    Sinon, bon rappel du genre.
    PS: 50 shades of Grey, j’espère vise plus la ménagère de 50 ans qu’un public young adult.

    J'aime

    1. Je suis asexuelle et aromantique, tout ce que j’ai retenu de la romance, ça provient de livres xD IRL, je m’en bats les couilles comme l’apparition d’un panda rouge et jaune à petits pois sous les roues d’un camion à glace. Dans tous les cas, ça renvoie à ce que je disais, t’as pas de coup de foudre sur le tas xD

      J'aime

      1. Hmm qu’est-ce que cette bizarrerie? En vrai mon commentaire était ironique. Sinon le coup de foudre existe, mais il est purement chimique et ne dure que le temps d’une nuit en général XD. Cela dit, ta réponse lance un vrai débat: comment parler de romance sans la vivre?

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :