Quelques pistes de bestiaire pour votre univers de fantasy

QUELQUES PISTES DE BESTIAIRE POUR VOTRE UNIVERS DE FANTASY

Hey ! Maintenant que vos villes sont prêtes, il est temps de se pencher sur les détails de votre univers. Avant de parler de choses assez compliquées, faisons un petit crochet par les bestiaires, qui sont souvent le coeur de vos univers.

1. Le bestiaire, à quoi ça sert ?

Le bestiaire se définit comme l’intégralité de la vie peuplant votre univers. Cela peut être à la fois des espèces intelligentes, comme les humains, des animaux, des robots, des végétaux, des aliens, … Vous l’aurez compris : tout ce qui peuple votre univers.

Ces créatures peuvent être aussi bien des alliés que des ennemis, tout dépend de l’univers où vous vous trouvez. Il est évident que vous ne trouverez pas de créatures mignonnes si votre univers est inspiré de Lovecraft ou que des licornes sortent de nul part dans un univers cyberpunk. Votre bestiaire doit témoigner d’une certaine cohérence et d’un travail de votre part, et pour cela, il faut le travailler. Pensez également à ne pas faire des bestiaires exclusivement constitués de monstres ou de bestioles paisibles. La diversité joue également à ce niveau-là.

Le bestiaire, c’est votre banque de données. Plus elle est grande et précise, plus précises seront les possibilités de faire interagir vos créatures avec vos personnages. Attention néanmoins à ne pas le faire trop épais, pour éviter de vous y perdre. Tout ne vous servira pas, c’est sûr et certain. Soyez donc raisonnables.

Pour chacune de vos créatures, je vous conseille de créer une petite fiche, comportant le nom de l’espèce, sa taille et son poids, son niveau de dangerosité, ses pouvoirs et attaques s’ils en ont. C’est largement suffisant. Pour vos espèces plus importantes, celles humanoïdes notamment et ce que l’on appelle les « espèces jouables » et les « peuples », je vous conseille de préparer également une partie politique, social et économie, afin de savoir comment ils fonctionnent.

Dans cet article, je vais vous présenter plusieurs gros groupes de mobs, en me basant principalement sur des exemples de la médiéval-fantasy, puisque c’est le milieu que je maîtrise le mieux.

2. Les créatures intelligentes

J’appelle créatures intelligentes toute créature capable de communiquer avec un être humain de manière claire et compréhensible sans faire d’efforts. Pour prendre un exemple, les dragons de mon univers parlent la langue humaine, ce sont donc des créatures intelligentes. Les créatures « humanoïdes », c’est-à-dire qui ont vaguement la forme d’un humain, rentrent également dans cette catégorie. En médiéval-fantasy, on trouve par exemple les elfes, les nains, les orques et autres créatures du genre que l’on connaît tous parfaitement, mais aussi les espèces humaines, si vos peuples se différencient les uns des autres par des caractéristiques précises.

Pour l’exemple, si vous connaissez l’univers des The Elder Scrolls, c’est exactement ça. Parmi les espèces humaines, on trouve les nordiques, les impériaux, les brétons et les rougegardes, chacune avec des caractéristiques précises. Les brétons maîtrisent plus facilement la magie, les nordiques résistent au froid et aux maladies, les impériaux sont doués en commerces et les rougegardes sont de puissants guerriers.

Je vous conseille de limiter les espèces intelligentes à trois ou quatre espèces, quitte à les diviser en sous-espèces si vous voulez vraiment de la diversité. Les intrigues avec énormément d’espèces intelligentes sont difficiles à mettre en place. Et puis vous allez devoir penser la civilisation de chacune de ses espèces, en vous intéressant à la politique, la sociologie, les particularités de chaque peuple, ses relations avec les autres. Pensez-y avant de vous mettre à votre bestiaire, vous risquez de vite déchanter devant l’étendue du travail à produire.

3. Les créatures de type « animaux »

Passons maintenant aux autres créatures. Premièrement, on trouve de nombreux animaux classiques un peu partout, dans tous les univers. Des simples poules aux créatures les plus exotiques, chaque animal a ses forces et ses faiblesses. Je vous conseille de séparer cette catégorie en quatre sous-catégories :

– Les animaux domestiques sont les animaux que vos espèces intelligentes ont réussi à domestiquer. Cela peut très bien être des animaux de ferme, des animaux de compagnie ou même des créatures plus impressionnantes, par exemple les animaux druidiques qu’on trouve souvent dans les villes elfes ou comme montures. Ils servent à la fois de compagnons et d’outils, puisque beaucoup finissent dans l’assiette ou sont utiles dans les champs.

– Les animaux pacifiques constituent les proies des prédateurs et le gibier des créatures intelligentes. On trouve dans ces animaux notamment les cerfs, les lapins, les sangliers, mais aussi toutes les créatures qui ne représentent pas une menace directe pour les espèces intelligentes. Par exemple, à moins d’avoir des aigles de vingt mètres de long, ils préfèrent fuir que d’attaquer.

– Les animaux neutres, ensuite, sont les créatures qui n’attaquent que si elles se sentent menacées par une créature intelligente. Les ours, les renards, les loups en sont des exemples. Ces créatures sont assez craintives mais n’hésite pas à attaquer si elles sont prises au piège. Les femelles protégeant leurs petits, peu importe l’espèce, sont aussi à classer dans cette catégorie. Même une biche peut faire très mal si vous vous en prenez à son faon.

– Les animaux agressifs, enfin, sont les animaux qui attaquent les créatures intelligentes à vue. La majorité des fauves, mais aussi toute créature assez grosse et possédant un territoire délimité peut en faire partie. Attention néanmoins, évitez de mettre dans vos bestiaires que ce genre de créatures. Ils doivent se nourrir et ne vont pas vous attendre pour manger. Qui dit prédateur, dit proies dans les parages. Un tigre, par exemple, se promène toujours à proximité de la bouffe, ne l’oubliez pas !

Pensez également aux airs et à l’eau. Tous les animaux ne vivent pas sur la terre ferme !

4. Les créatures de type « monstres physiques »

J’appelle les « monstres physiques » toutes les créatures naturellement conçues mais non-réalistes et que l’on peut combattre physiquement. Ces monstres sont toutes les créatures que l’on trouve dans les mythologies depuis la nuit des temps : dragons, phoenix, hyppogriffes, griffons, manticores, centaures, fées, sirènes, gobelins, géants, trolls … Toutes ces créatures en font partie.

Le plus souvent, ces créatures sont de tailles disproportionnées et peuvent abattre un homme en peu de temps. Néanmoins, toutes les créatures au dessus ont beaucoup été utilisées et il est difficile de les faire passer dans vos univers aujourd’hui. Pensez à innover et à créer vos propres monstres pour rendre vos bestioles intéressantes. Dans ce cas là, axez les descriptions sur leur forme physique. Pensez également que vos lecteurs ne connaissent pas votre univers, et qu’il faut donc tout leur expliquer !

Pour créer un monstre, si vous n’avez pas d’idée, rien de plus simple ! Prenez un dictionnaire, choisissez deux noms communs, assemblez-les, et pouf : une ambulance zombie à tentacules ! N’hésitez pas à partager vos créations en commentaires, j’ai envie de lire tout ça.

5. Les créatures de type « maudites »

Dans les bestiaires, on trouve ensuite les créatures maudites. Cette catégorie concentre les zombies, les squelettes, les liches, les goules, les fantômes, les bidules à tentacules sorties de légendes floues, les armures contrôlées et autres réjouissances. Ce sont ces saloperies qu’on trouve dans tous les donjons de jeux de rôles et qui vous causent beaucoup de soucis parce que vous êtes incapable de réussir vos jets.

On trouve plusieurs types de créatures parmi celles-ci. Tout d’abord, il y a ceux qui sont là naturellement. Dans certains univers, les squelettes par exemple, sont nés squelettes et le vivent jusqu’à la fin de leur vie. Je pense également aux créatures mortes qui reviennent toutes seules à la vie, comme les daugrs dans Skyrim, par exemple. On trouve ensuite les fantômes, qui hantent souvent le lieu où ils sont morts, soit par incapacité à partir dans l’autre monde, soit par esprit de vengeance. La Dame Blanche, Bloody Mary et compagnie en sont des exemples flagrants. Il y a également les créatures sous le contrôle d’un maître. Les victimes de la nécromancie, mais aussi les goules et esclaves sous contrôle d’un vampire en sont un exemple. Il y a également le cas des golems et gardiens, qui agissent comme outil de défense pour empêcher des personnes d’entrer.

Et, enfin, il y a les monstres sorties d’une prophétie lue à voix haute par un GROS DÉBILE (non, vraiment, qui lit des prophéties à voix hautes ?) ce qui fout bien la merde partout. On fait des bisous à toutes ces créatures Lovecraftiennes invoquées par erreur par des incompétents qui s’improvisent aventuriers.

Quoiqu’il en soit, utilisez ces monstres avec prudence et modération si vous ne vouliez pas transformer votre univers en quelque chose d’horrifique à la base.

6. Les créatures végétales

Et oui ! Les végétaux peuvent être parfois plus dangereux que ce que l’on croit. Plantes carnivores, lianes étouffeuses, champignons qui dégagent des hallucinogènes, il y a tellement de manières de pourrir la vie de vos personnages avec elles. Les plantes peuvent bien sûr également être bénéfiques. J’ai déjà vu des plantes dégageant des hormones capables de mettre un être humain en état d’orgasme dans un univers. Tout est possible !

En revanche, n’oubliez pas que les plantes n’agissent pas comme les animaux. Elles agissent par instinct et non pas par prédation. Les plantes carnivores, par exemple, ne se referment qu’en sentant un contact avec une partie précise de leur gueule, et elles digèrent très lentement et avec de l’acide dans la majorité des cas. C’est métal.

J’adore mettre des créatures de type plantes dans mes univers pour ma part, je trouve qu’elles ne sont pas assez utilisées alors qu’il y a un potentiel assez énorme. La preuve est là : j’ai écrit deux nouvelles se passant dans un monde où les légumes ont pris le contrôle :3

7. Les boss finaux

Alduin, le Kraken, Antoine Daniel, Cruella d’Enfer, Moby Dick, Cthulhu… On a tous déjà croisé cette créature mystérieuse dite « impossible à battre » et qui va mobiliser toutes les aptitudes de votre héros en même temps pour espérer seulement l’égratigner. Les créatures légendaires sont à utiliser avec une très grande modération. N’en mettez pas plus d’une ou deux dans votre univers, pour qu’ils gardent leur caractère unique.

Ces créatures sont souvent considérées comme invincibles, faites donc attention à ne pas les vaincre en trois coups (N’EST-CE PAS SKYRIM ?!). Prenez votre temps pour poser le combat, ça doit être un moment impressionnant. C’est là que vous en mettez pleins les yeux à vos lecteurs/joueurs ! Ne le ratez pas !

C’est tout pour cet article qui vous présente brièvement quelques pistes de travail pour votre bestiaire. A l’occasion, je présenterai certainement quelques unes de ces créatures, parce que c’est toujours intéressant. N’hésitez pas à commenter et à partager cet article, je vous fais des bisouilles et à très vite !

Publicités

3 commentaires sur “Quelques pistes de bestiaire pour votre univers de fantasy

Ajouter un commentaire

  1. J’ai beaucoup aimé ta classification 😀
    Pour ma part, je n’ai pas pu la faire ainsi, puisque la plus part de mes créatures appartiennent aux « intelligents », et qu’il y a assez peu d’animaux ( ou de trucs moins intelligents ^^), et que je n’ai pas instauré les mêmes « cases » ( = pas de maudites pour moi, même les non morts)
    C’est intéressant de voir que chacun à sa manière de faire son bestiaire ^^

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :