6 clichés et idées reçues sur le Moyen Âge

6 clichés et idées reçues sur le Moyen Âge

Bonjour ! Aujourd’hui, petit cours d’histoire. Beaucoup d’auteurs de fantasy s’inspirent du Moyen Âge pour construire leurs univers, sans vraiment se document. Ce qui donne parfois d’énormes erreurs qui feront grincer des dents n’importe quel médiéviste. C’est l’heure de détruire les clichés !

1. La période du Moyen Âge

Le Moyen Âge occidental (avec un accent circonflexe sur le A et pas de tiret :D) est une période historique qui se situe entre l’Antiquité et la Renaissance et qui s’étend sur près de dix siècles, soit environ mille années. On lui donne généralement comme début le déclin de l’Empire Romain d’occident, au Ve siècle après Jésus Christ (celui de Jules César et compagnie, à opposer à l’Empire Romain d’orient qui tourne autour de Constantinople et Byzance) et pour fin la découverte de l’Amérique par Christophe Colomb en 1492.

Cette période est elle-même divisée en trois sous-parties, puisque dix siècles, comme je le disais, c’est énorme.

Le Haut Moyen Âge tout d’abord est la période qui s’étend du Ve siècle à la fin du Xe siècle. Cette époque est marquée par des migrations massives dans tous les pays d’Europe. Les populations arrêtent d’être nomades et s’établissent enfin dans des villes. C’est aussi les premiers prémices de la religion chrétienne catholique, avec tout d’abord Clovis puis l’Empereur Charlemagne. C’est à la fin de la dynastie carolingienne (c’est-à-dire après la mort des trois fils de Charlemagne) que cette période s’achève, puisque la prive de pouvoir d’Hughes Capet en 987 va causer quelques gros problèmes.

Le Moyen Âge Central se caractérise lui par une très forte augmentation de la population européenne. Il couvre le XIe, XIIe et XIIIe siècle. Les villes s’organisent dans une féodalité très ancrée, avec des seigneurs, des vassaux et des chevaliers. La religion s’ancre profondément dans le quotidien des habitants. C’est la période la plus connue du Moyen Âge et celle que l’on utilise traditionnellement dans les univers de fantasy. C’est une période très prospère, où les progrès dans le social, l’économie, les sciences, l’art et la politique n’est plus à démontrer. Ce petit âge d’or se termine brutalement à la fin du XIIIe siècle avec l’apparition de la Peste Noire en Europe.

Le Moyen Âge Tardif ou Bas Moyen Âge est une période s’étendant du XIIIe siècle au XVe. Elle a été une véritable catastrophe, autant au niveau humanitaire que politique et religieux. Les maladies et les famines s’enchaînent, décimant la population de moitié. L’orage gronde dans le peuple à cause de rois jugés trop faibles et laxistes, ignorant complètement les besoins de ce dernier. Et puisqu’il ne peuvent pas intervenir, c’est sur la religion que retombe leur colère. Le nombre d’athées et de protestants augmente significativement pendant cette période, causant de nombreuses croisades et guerres civiles causant encore plus de mort. C’est l’arrivée au pouvoir de rois plus forts et autoritaire, avec notamment l’instauration de la monarchie de sang divin, légitimant le régent aux yeux du peuple, ainsi que les innovations scientifiques et culturelles que l’on quitte finalement le Moyen Âge pour une renaissance sociale, culturelle, scientifique, religieuse et politique.

Passons maintenant aux gros clichés et idées reçues courant sur la période.

2. Rien n’a progressé au Moyen Âge

On pense souvent à tord que le Moyen Âge est une période assez sombre. Il est vrai qu’à la fin de l’Antiquité, nous détenions de nombreux savoirs scientifiques très précis qui ont été perdus au profit de la superstition. Mais ce dont on parle moins, c’est de toutes les nouvelles innovations qui ont permis une forte évolution des moeurs.

Il y a eu d’énormes innovations au niveau de la médecine ! Même si c’est encore un brin brutal, les amputations sont mieux maîtrisées, on soigne plus facilement les petites maladies comme les rhumes et on progresse dans la chirurgie. L’hygiène a fait elle aussi un énorme bond en avant. Contrairement aux idées reçues, au Moyen Âge, les gens étaient propres, et même plus qu’aujourd’hui. Tout était prétexte pour prendre un bain ou se laver les mains, y compris parmi les paysans. Il y avait même des règles très strictes à table pour ne pas agir déconvenablement. Il était interdit de manger avec les mains, par exemple.

Au niveau de l’agriculture, de grandes avancées sont également à noter avec le développement des moulins à grains et le perfectionnement des charrues. Les animaux étaient également beaucoup mieux traités (peut-être même mieux qu’aujourd’hui) car ils étaient très rare. La sidérurgie et l’art de la forge s’est également beaucoup développée à cette époque.

Pour la politique, ensuite, la création intégrale du système féodal est une grande avancée. Les bases de la monarchie ont été posées au Moyen Âge. Des centaines de lois (parfois assez loufoques) ont été créé pendant toute cette période.

Enfin, au niveau des arts, le résultat est plus mitigé. D’un côté, la peinture a fait un gros bond en arrière et la sculpture a pratiquement disparu. On a perdu les proportions, le réalisme et les dimensions pour se concentrer sur la religion, qui devient le thème majeur des tableaux. A contrario, c’est la littérature qui prend un essor inespéré. Les gens commencent à écrire des histoires originales et qui s’éloignent des cultures orales de l’antiquité. La poésie et le roman naissent pendant cette période. La chevalerie et l’amour courtois sont propulsés sur le devant de la scène. Mieux encore, des centaines de créatures sont créées, de quoi peupler vos bestiaires de fantasy !

3. La population était faible et craignait de sortir des villes

Au niveau de la population maintenant, on a souvent une vision de paysans pauvres et tyrannisés par de cruels seigneurs. Il manque Robin des Bois et votre cliché est complet.

Les paysans vivaient plutôt bien le pouvoir seigneurial. Et même mieux : ils vivaient convenablement. Il n’y a que lors des périodes de famines que les rapports étaient tendus. Mais le Moyen Âge c’est surtout l’âge d’or de l’agriculture et des belles récoltes, il ne faut pas croire. D’ailleurs, les paysans ne mangeaient pas que du pain en priant Dieu de vivre un jour de plus. L’archéologie a démontré qu’ils mangeaient également beaucoup de volailles et de viande rouge, y compris du gibier. Certes, c’était beaucoup moins souvent que les nobles mais suffisamment souvent pour subvenir à leur besoin. Et puis leurs récoltes de légumes ne servaient pas qu’à revendre au seigneur ! Au maximum, il prenait 10% de cette dernière pour que les villageois continuent justement à produire.

La vulgarité de la population paysanne, voir son barbarisme comme le pensait les philosophes des lumières, est aussi un énorme cliché. Les insultes étaient interdites et punies par la loi, tout comme le fait de mal se tenir dans les rues. Et oui, déjà à l’époque, si tu te baladais cul-nu, tu te prenais 2 ou 3 jours de prison pour te calmer. Le viol avéré de femmes était également puni dans le milieu paysan. Chez les riches, c’est une autre histoire…

Enfin : NON, les paysans ne restaient pas chez eux à cultiver leurs terres. Les paysans allaient commercer et se promener, comme presque tout le monde au Moyen Âge ! Rares sont ceux qui restaient chez eux à déprimer parce que le roi ne leur a pas donné leur piécette d’or.

4. Les châteaux forts renferment un pouvoir dictatorial

Déjà, qu’on se le dise, les châteaux forts défendaient que pouic. Enfin, c’était un rempart contre les envahisseurs, mais un coup dans les briques et tu fais un gros trou dedans. Non, l’existence des châteaux forts, elle vient de l’égo démesuré des dirigeants. En gros : c’est un concours de bites. Celui qui a le plus gros château impose sa loi à ceux des environs.

Pour ce qui est du pouvoir rude et méchant, en vérité, les seigneurs ne prenaient que le stricte minimum pour survivre. Ils n’étaient pas excessivement riches, ils avaient juste une grosse maison et une meilleure éducation que dans la campagne alentours. D’ailleurs, ils ne mangeaient eux-même que très peu de viande. Arrêtez de les voir comme des seigneurs tout puissant, depuis Charlemagne, c’est faux !

5. Les chevaliers étaient trop badass

Dans les livres, oui, ils le sont. On les voit découper des bras, tuer des dizaines de personnes en une fois, faire des courses effrénées à chevaux. En vrai… En vrai c’est beaucoup plus pitoyable que ça.

Déjà, il faut savoir que dans les guerres, les chevaliers, ils sont souvent bien planqués à l’arrière garde. C’est les soldats embauchés de force qui se battent, eux font partie de ceux qui donnent des ordres. Ensuite, ils étaient tous lâches et préférez mille fois tirer à l’arbalète dans le dos qu’affronter les ennemis de face. C’est beaucoup moins glamour de savoir que Lancelot est au final un gros arnaqueur, hein ?

Et puis d’ailleurs, les combats à l’épée ne ressemblent absolument à rien. Une armure pèse trèèèès lourd. Une épée pèse également très lourd. Vos combats épiques là, c’est deux boîtes de conserve se tapant sur le caillou en hurlant comme dans un match de tennis. Les combats duraient parfois jusqu’à plusieurs heures tellement ils étaient doués. Et c’est la même chose pour leurs chevaux. Ils avaient des armures, ce qui ralentissait leur allure… de trois fois… En gros, le cheval marche. Dans les tournois, les chevaliers étaient de ce fait rarement en armure intégrale, parce que c’est chiant sinon.

6. Les femmes étaient balancées au second plan

C’est faux, étrangement. Certes, les femmes n’avaient pas les mêmes droits que les hommes, mais cela ne signifiait pas de rester à la maison, bien au contraire ! Bon nombre de femmes travaillaient avec leur mari, que ce soit à la ferme ou à la forge. Seules les femmes de nobles devaient se soumettre à des règles très particulières, la majorité de la population vivait tout à fait normalement.

Les mariages forcés et les rumeurs de femmes faisant la cour au roi pour s’attirer ses grâces sont en revanche fondés. Chez les paysans, le mariage est arrangé à la naissance de l’enfant, généralement avec la ferme voisine pour les faire bosser. Chez les nobles, les femmes sont échangées entre les royaumes pour garantir de bonnes relations avec le royaume. Dans le cas contraire, elles étaient envoyées au couvent pour garantir leur virginité. Les viols et agressions sexuelles étaient également monnaie courante dans la noblesse et bon nombre de rois ont eu des bâtards plus ou moins connus aujourd’hui. Elisabeth Ier en est le parfait exemple.

7. La magie, c’est de l’hérésie !

Faux ! La peuple croyait dur comme fer à la magie et à la superstition. Si l’inquisition a effectivement existé, elle ne touchait qu’une forme bien précise de « maléfisme » : les sorcières. Mais les « magiciens » existaient bel et bien, c’étaient des vendeurs de plantes capables de soigner toutes les maladies. Il existait également des hypnotiseurs et des personnes parlant avec les animaux, qui sont certainement l’origine des elfes que l’on connaît aujourd’hui.

Pour ce qui est des sorcières, si en France et en Espagne, elles étaient chassées, en Angleterre, elles étaient considérées comme des envoyés de Dieu. Faites donc bien attention aux contexte de votre histoire si vous souhaitez respecter le background !

C’est tout pour cet article assez long, j’espère qu’il vous a plu ! N’hésitez pas à me dire ce que vous en avez pensé et à le partager ! Bisouilles et à bientôt !

Publicités

2 commentaires sur “6 clichés et idées reçues sur le Moyen Âge

Ajouter un commentaire

  1. Hello,

    Ton article est très bien, mais étant un fan du Moyen Âge, j’ai remarqué 2-3 erreurs :

    « Le nombre d’athées et de protestants augmente significativement pendant cette période, causant de nombreuses croisades » Le nombre d’athée à sans doute augmenté, même s’il est dur d’avoir des chiffres, vu qu’à cet époque c0était encore hyper mal vu de se déclarer non-croyant. Par contre, le nombre de protestant entre le XIII et XV ème siècle est passé de 0 à 0, la réforme n’étant apparue qu’en 1527, réforme qui d’ailleurs est considérée par certains comme la fin du Moyen Âge (d’autres fin peuvent faire référence à la fin de la guerre de 100 ans, à la prise de Constantinople, ou à l’invention de l’imprimerie en Europe, en plus, naturellement, de la découverte de l’Amérique).

    Et le fait que les athées augmentent n’a pas causé de croisade, vu que la croisade est due à un ordre du Pape pour libérer Jerusalem, ou par extension le Moyen-Orient (la Terre Sainte), et la dernière à eu lieux en 1271, donc au début du Bas Moyen Âge.

    « Il était interdit de manger avec les mains, par exemple. » Sans doute vrai à certains endroits (je ne me doute pas que tu te sois renseignée avant d’écrire ^^ ) Mais en réalité la fourchette n’existant pas, et les assiettes individuelles étant très peu répandue, le fait de manger avec les mains la nourriture disposée sur des tranchoirs, ou sur la table, était généralement très acceptable. Néanmoins, comme tu l’as dit, les gens se lavaient beaucoup les mains, avant et après le repas.

    « Déjà, qu’on se le dise, les châteaux forts défendaient que pouic. Enfin, c’était un rempart contre les envahisseurs, mais un coup dans les briques et tu fais un gros trou dedans » Oui, mais non.
    Les châteaux forts étaient réellement imprenable, surtout lorsqu’ils ont commencé à se construire en pierre. Les moyens de faire un gros trou dedans sont apparu très tardivement (trébuchets, puis plus tard canon), et même lors de l’apparition des premiers canons, la prise d’un château restait difficile (l’empilage des pierre, et non des briques, était telle qu’il fallait plusieurs coup de canon au même endroit pour faire tomber les pierres et donc faire un trou.). Les méthodes les plus rependue étaient de creuser sous les fondations pour les faire s’écrouler (la sape), méthode contrée par les douves remplies d’eau, par un siège, qui est le plus efficace, à condition de pouvoir se ravitailler lorsqu’on est assaillant, ou la traitrise d’un gars qui ouvre, de l’intérieur, le pont-levis et la herse. Par contre c’est effectivement un cliché la prise des châteaux (ou de murailles en général) par un assaut direct, cela faisait trop de mort, et échouait souvent.
    Par contre, le fait que ce soit un concours de celui qui à la plus grosse est réel, et c’était d’ailleurs le but recherché. Celui qui avait un château plus puissant que son suzzerain pouvait aisément le défier et rejeter son autorité. De plus, un château avait le rôle de siège du pouvoir à cet époque, dont toute la région aux alentours dépendait. Donc conquérir un château revenait très souvent à conquérir la région aux alentours 😉

    Mais autrement, ton article est très bien. Il faut cependant savoir que 1’000 ans, c’est long, et que donc il y’a eu énormément de changement à chaque moment, chaque période et dans chaque pays/région, dans les mœurs, dans la qualité de vie, dans le système politique et dans la religion. Et on sait beaucoup, mais on ne sait absolument pas tout sur cette période du Moyen Âge, et je trouve d’ailleurs que cette part du mystère sur certains événement du Moyen Âge fait tout son charme 🙂

    J'aime

  2. Il y a de grosses inexactitudes concernant les chevaliers et leur équipement dans cet article. Commençons par l’équipement. Non une épée médiévale ne pèse pas lourd. On parle de 1 .2kg pour les arming sword a 2kg pour les grande épée a deux mains qui apparaissent au 14eme/15 ème siècle. Oui elles coupent très bien, autant qu’un katana, même si en pratique c’est surtout la palme qui est le plus aiguisé, le fort servant surtout a prendre le fer de l’adversaire. Et non les lames ne sont pas inférieure en qualité au katana, l’acier produit en Europe a partir du 12eme siècle étant supérieur en qualité, il n’est pas nécessaire d’utiliser des techniques de « repliement ». Et non bien que l’epée soit le symbole de l’aristocratie guerrière que sont les chevaliers, son usage n’est pas réservé qu’à eux seuls, n’importe quel homme suffisamment fortuné peu en achèter une et louer les services d’un maître d’armes pour apprendre a s’en servir. D’ailleurs le manuel le plus ancien que l’on possède sur l’escrime de moyen-age (l33) montre des moines combattants a l’epée avec une bocle. Et non sur le champ de bataille la lance, et ses multiples évolution, reste l’arme principale. Concernant les armures maintenant. Commençons par l’armure de plaque du 14/15eme. Contrairement a l’image d’Épinal on peut parfaitement se relever et sauter sur un cheval avec ce genre d’armure. On peut même faire du trampoline en armure de plaque (si si). Le poid est élevé (entre 30 et 40kg) mais il est reparti sur tout le corps. De plus ces armures sont très mobile. En réalité le seul véritable problème avec ces armures, outre le prix évidemment, c’est qu’avec la chaleur on se fatigue et on se déshydrate vite. De ce fait même a cette époque peu de chevaliers combatait en armure de plaque complète, sauf évidemment la cavalerie. Pour les périodes antérieure du Moyen-Âge, la combinaison gambison + cote de maille, domine. Au passage il existait des armures spécialement conçu pour les tournoi, notamment les joutes. Concernant les chevaliers maintenant. Ce qu’il faut comprendre c’est qu’il s’agissait de professionnel de la guerre. Pour être plus précis les SEULS professionnel de la guerre. Sur le champs de bataille ils n’étaient pas « planqué a l’arrière » mais il servaient plutôt des troupes de choc. On ne les envoyait pas en première ligne, mais lorsqu’une percé était possible ou au contraire quand la situation était si désespéré qu’il fallait abattre son joker et risquer le tout pour le tout. A noter d’ailleurs que puisqu’ils étaient les seuls professionnels de la guerre, leur vie avaient de la valeur. Comme le reste des nobles, capturer un chevalier permettait généralement d’obtenir une belle rançon. Cette situation va perdurer jusqu’au 14eme siècle, ou l’ost va progressivement disparaître au profit de l’émergence d’une nouvelle classe professionnelle : le soldat/mercenaire. Et la suite vous la connaissez : la création du concept d’armée au sens « moderne » du terme, qui se généralisera sous les monarchies absolutistes.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :