Comment rendre mon histoire attirante sur les plateformes d’écriture ?

COMMENT RENDRE MON HISTOIRE ATTIRANTE SUR LES PLATEFORMES D’ÉCRITURE ?

Bonjour ! Aujourd’hui, un article un peu plus léger pour parler du b.a.-ba des choses à connaître pour pouvoir mettre son histoire en avant plus ou moins facilement sur le web. C’est en effet l’une des grosses préoccupations des auteurs amateurs aujourd’hui : comment, ô diable, être lu ? J’ai déjà consacré un article au côté humain, il y a quelques temps, nous nous intéressons désormais aux côtés plus techniques.

1. Où publier mon texte ?

Nous en avons déjà un peu parlé, il y a de multiples façons de se faire publier sur Internet : plateformes d’écriture, forums, blogs… Elles ont toutes des avantages et des inconvénients. Votre but à vous, c’est d’avoir de la visibilité. Il faut donc chercher la plateforme qui correspond le plus à vos attentes.

Par défaut, c’est souvent vers les plateformes d’écriture que l’on se tourne. Spécialisée dans le domaine, elles prennent en charge le plus souvent une mise en page correcte et permettent d’accéder facilement à des lecteurs. Le problème, c’est que des plateformes d’écriture… Il y en a plein. Il faut donc encore réduire votre choix. Par exemple, si vous écrivez des fanfictions, Fanfiction.net sera clairement plus pertinent que Wattpad. En revanche, pour des textes originaux, Wattpad est clairement à privilégier sur Fictionpress, qui est de plus en plus déserté. Si vous cherchez à travailler sérieusement et visez l’édition, privilégiez Scribay qui a entièrement cette vocation et vous guidera au mieux dans cette voie.

L’un des principaux problèmes des plateformes d’écriture, c’est qu’elles sont aujourd’hui pleines à craquer. Se faire une place est très compliqué, mais nous verrons un peu plus bas que c’est tout à fait possible. Si la foule ne vous plaît pas, vous pouvez toujours vous tourner vers les forums. Ce sont de petites communautés en général, qui en plus de vous permettre de tisser des liens forts, vous permet de progresser. Le seul problème, c’est qu’au bout d’un moment, si vous vous connaissez tous, les avis risquent de ne plus être très constructifs. A défaut, vous aurez gagné des amis !

Plus solitaire, le blog peut être une bonne alternative. Mais si vous n’aviez déjà pas beaucoup de chances d’être lu sur une plateforme d’écriture, dites-vous que vous en aurez encore moins sur un site isolé. Le web, c’est très vaste et sans communauté solide, votre blog ne vous servira pas à grand chose. Néanmoins, si vous travaillez le référencement de votre site sur les moteurs de recherche et connaissez quelques bases de HTML pour améliorer le visuel de votre site, il y a moyen de se détacher du lot. Ne baissez pas les bras !

2. Poster son texte sur une plateforme d’écriture

Par soucis de simplicité, nous nous concentrerons sur les plateformes d’écriture dans cet article, et plus particulièrement sur Wattpad, qui est très intéressant au niveau de nombreux points. Pour commencer, nous allons analyser une page d’histoire, afin de parler des différents éléments qui la composent et d’à quel point ils sont importants.

résumé

1. Le titre est le premier élément que regarde le lecteur. Il doit accrocher immédiatement le regard et provoquer des attentes de lectures, des questionnement, un certain suspens. Pour cela, il doit provoquer quelque chose chez le lecteur. S’il ne le comprend pas, il doit y avoir une raison valide et expliquée dans le récit, c’est un des élément qui le poussera à aller voir.
……….C’est pour cette raison, entre autre, qu’il faut essayer de trouver un titre unique à votre récit. Pour cela, rien de plus simple, barre de recherche, vous tapez l’idée que vous aviez en tête et vous regardez les résultats. S’il y en a plus de deux ou trois similaires au votre, trouvez-en un autre. Un titre unique permet un meilleur référencement et plus de chances d’être lus avec lui.
……….De même, évitez les titres anglais. C’est pas « classe », ça montre au contraire que l’auteur ne trouve pas les mots pour décrire son histoire. C’est dommage. Et je rajouterais que beaucoup de lecteurs ne sont pas bilingues et passent leur chemin s’ils ne comprennent pas. Encore plus dommage.
……….Au niveau de la syntaxe, un titre commence obligatoirement par une majuscule mais ne finit pas par un point. Attention également, tous les mots ne prennent pas une majuscule. Seuls les noms en prennent une et uniquement dans certains cas. Fouillez sur Internet. Il va de soi que votre titre ne doit comporter aucune faute, c’est la porte de votre monde, ne l’oubliez pas.

2. La date d’actualisation est souvent très regardée par les lecteurs. Un texte mis à jour souvent a plus de chance d’être lu qu’un texte mis à jour une fois tous les six mois. A défaut d’avoir des publications régulières sur vos textes, prévoyez du contenu supplémentaire pour vos lecteurs, ça leur permettra de patienter en attendant les histoires qu’ils préfèrent. C’est exactement ce qui se passe pour Tyrnformen.

3. La couverture de votre récit est tout aussi importante que votre titre. Une couverture travaillée et qui attire le regard attirera forcément des lecteurs avec elle. On n’a pas tous des compétences en montage, certes, mais le web est rempli de personnes prêtes à vous aider, c’est à vous de vous débrouiller : commandes, tutoriels, graphistes… Vous n’avez que l’embarras du choix. Attention toutefois à ne pas voler le travail d’un autre artiste pour illustrer votre texte. Et n’hésitez pas à payer si vous en avez les moyens, soutenir des auteurs, c’est bien, soutenir tous les artistes, c’est mieux ! De même, évitez de changer trop souvent de couverture. C’est votre identité visuelle. Changer trop souvent de couverture perd les lecteurs plus qu’elle ne les rassemble.

4. Le résumé est l’élément central de la présentation de votre texte. Il ne faut absolument pas le rater et il doit être irréprochable. Il ne doit pas être trop long, mais ne doit pas non plus être trop court. Il doit donner assez de matière au lecteur pour que son attention soit captivée, tout en restant très mystérieux pour lui donner envie de lire le texte. Nous consacrerons bientôt un article au résumé, c’est tout aussi difficile à écrire que le prologue. Ici encore, c’est un des premiers éléments que votre lecteur voit. Il ne doit pas comporter de fautes. C’est une marque de respect. Vous pouvez également y mettre vos crédits d’image s’il y a besoin. C’est toujours cool de remercier les personnes qui nous aide.

5. Les « tags » sont souvent ignorés par les utilisateurs mais sont indispensables pour l’auteur. Il ne faut surtout pas les négliger. Les tags sont ce qui vous permettent d’être trouvable facilement dans la barre de recherche de la plateforme d’écriture. Ils doivent donc être pertinents et toucher aux grands thèmes de votre récit. Parmi eux, vous devez au moins mettre : le genre de votre texte (roman, nouvelle, poésie, théâtre…), le sous-genre de votre texte (fantasy, romance, science-fiction, …), le titre de votre histoire, le thème principal de votre roman (ici, « dragon ») et s’il y en a, des thématiques engagées, pour aider à la représentation (LGBT+, Féminisme, Vegan…). Les lecteurs de grandes causes sont souvent intéressés. Pour le reste des tags, demandez-vous ce que le lecteur taperait dans la barre de recherche pour trouver votre histoire. N’hésitez pas à faire des choix : il ne faut pas non plus en mettre cinquante, puisque ça apparaît sur votre page principale.

3. La construction et la mise en page de votre texte

Passons à l’intérieur même du texte. Sur Wattpad, cela se présente de la manière suivante :

intérieur

Premièrement, nous allons nous attarder sur la construction de votre récit. Le premier paramètre à prendre en compte est la taille de celui-ci. Nous avons vu dans un ancien article que les formats courts sont privilégiés sur le web, pour leur aspect pratique et facile à lire. Faut-il pour autant délimiter une taille optimale pour un chapitre ?

Absolument pas. Un chapitre doit être équilibré, c’est-à-dire avoir un début et une fin marquée, qui amène sur le chapitre suivant. Cependant, les gros blocs rebutent souvent les lecteurs, il faut donc trouver un juste milieu. Je vous conseille pour ma part, si vous écrivez de gros chapitres (on parle de 8000/10 000 mots minimum, hein, avant c’est juste que vos lecteurs sont des feignasses et vous pouvez les remettre à leur place), de les couper en deux, tout simplement. C’est pas très esthétique, mais ça permet à vos lecteurs d’identifier les deux parties comme une seule et même unité et ça satisfait les râleurs. En revanche, n’hésitez pas à imposer votre format de texte. Vous restez l’unique maître à bord, vos lecteurs sont sur une plateforme de LECTURE et ils sont donc là pour LIRE.

En revanche, vos chapitres doivent garder une certaine unité. Par exemple, si vos chapitres font 1000 mots habituellement, gardez ces mille mots et évitez d’en écrire 3000 d’un seul coup. Là, oui, vos lecteurs auront une raison de râler. Un écart de temps en temps n’est pas gênant ; des chapitres irréguliers sont très agaçants et peuvent conduire à un arrêt de la lecture.

En ce qui concerne les chapitres en eux-même, je vous conseille d’éviter les hors-sujets, c’est-à-dire des parties de textes qui n’ont rien à voir avec l’histoire. Si vous voulez dialoguer avec vos lecteurs, glissez-leur un message avant ou après le début d’un chapitre ou consacrez un avant-propos ou une page de remerciements avant ou après votre texte, afin de ne pas gêner la lecture. En ce qui concerne le titre des chapitres, veillez là aussi à garder une certaine unité et évitez de les allonger inutilement.

Pour ce qui concerne la mise en page en elle-même, n’hésitez pas à aérer vos paragraphes ! Il est plus facile de lire de petits blocs que de gros pavés. Evitez cependant de passer une ligne à chaque phrase, c’est ridicule et ne permet pas de lier vos idées. Un paragraphe doit représenter une idée. De même, attention à la mise en page des dialogues ! C’est souvent là que se trouvent les plus grosses erreurs de syntaxe. Lorsque cela est possible, justifiez le texte !

Enfin, même si ça semble évident, relisez vos textes avant de les poster. Une ou deux fautes par chapitres, quelques maladresses, ce n’est pas gênant. Dès qu’il y a une faute par paragraphe ou par ligne, c’est plus problématique. Je vous rappelle que le web est truffé de gens qui veulent vous aider et de correcteurs orthographiques robotisés. Vous n’avez absolument aucune excuse pour ne pas vous (faire) corriger. C’est peut-être chiant, mais c’est une marque de respect envers le lecteur. De même, se vexer parce que les gens vous corrige est tout aussi ridicule. Vous avez laissé des fautes, ce n’est pas de la faute de vos lecteurs, c’est la vôtre. Un lecteur qui corrige est un lecteur qui veut vous aider.

4. Promouvoir votre récit

J’ai déjà traité cette question dans l’article pour trouver votre lectorat, mais nous allons faire un rappel, ça n’a jamais tué personne.

Pour commencer, il faut cibler votre lectorat. Si vous écrivez de la fantasy, il est logique de se tourner vers un groupe Facebook de fantasy plutôt que sur un groupe de romance. Cherchez du côté des réseaux sociaux, il y en a plein et c’est de la mauvaise foi de dire le contraire. Privilégiez également les groupes peu nombreux. Moins il y a de gens, plus vous aurez de visibilité. Les grands groupes noient les publicités. C’est plus intéressant de débattre que de regarder ce que fait le voisin, c’est comme ça.

Faire de la publicité à foison, c’est une mauvaise idée. A force de voir toujours les même personnes poster sur les groupes de publicités, les lecteurs s’en vont et se méfient. Créez-vous une page auteur et faites-la vivre. Ce sera plus efficace et vous pourrez y imposer vos propres règles.

Ne faites pas de publicité par message privé ou sur les histoires des autres. C’est un manque de respect. Sachez que beaucoup dénoncent par ailleurs ces pratiques sur de grands groupes. Comme c’est souvent les même qui pratique cette activité, on les repère direct et plus personne ne lira vos textes à cause de votre réputation de spammeur. Comme dit précédemment, un lectorat ne se constitue pas en deux jours, mais en plusieurs années !

Si vous respectez ces quelques règles, tout devrait bien se passer pour vous, il ne faut pas s’inquiéter !

Merci d’être passé ! Nous nous retrouvons la semaine prochaine pour un nouvel article. N’hésitez pas à proposer vos idées d’articles si vous en avez, je traiterai chaque demande avec attention. Je ne vous garantis pas qu’un article sera écrit, mais si je peux répondre à vos questions, ce sera avec plaisir !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :