GRAINES D’AUTEURS – Onedirectioniall5

GRAINES D’AUTEURS :
Onedirectioniall5

Bonjour ! C’est parti pour notre interview de la semaine ! Aujourd’hui, on parle jeunesse et écriture avec une toute jeune auteure !

SON COMPTE WATTPAD | SA PAGE FACEBOOK

Présente-toi à nos lecteurs ! Qui es-tu ? Qu’est-ce que tu fais dans la vie ? D’où vient ton pseudo ? Il a une signification particulière ?

Salut, salut chers lecteurs et lectrices ! Tout d’abord je suis ravie de cette interview et espère attiser votre curiosité.

Qui suis je ? Hum, je m’appelle Carla, je suis une fille de dix-sept ans, bientôt dix-huit ans. Je suis lycéenne pour le moment, je viens de passer mon BAC en santé sociale et je m’oriente vers un DUT métier du livre d’où l’écriture !

Pour mon pseudo, qui n’est pas très original, je dois l’avouer, il vient tout simplement de mon hystérie pour un groupe de musique quand j’étais plus jeune : les One Direction. Pour le nom qui suit, c’est mon chanteur préféré dans ce groupe, à l’époque, et le chiffre cinq est dû au hasard.

Tu es assez jeune. Quand as-tu commencé l’écriture ? Avec quels types de textes ? Ta jeunesse n’est-elle pas parfois problématique pour t’assurer une crédibilité auprès de tes lecteurs ? Pourquoi ?

En effet, je suis plutôt jeune ! J’ai d’ailleurs commencé à écrire très tôt, vers mes douze ans si je me souviens bien, à la suite du décès de mon grand père. Je pense que ça m’a bouleversée et que j’ai à mon tour voulu mettre des mots sur les émotions que je ressentais à ce moment-là.

J’ai commencé l’écriture avec une fanfiction, qui pour tout dire était vraiment nulle. A ce stade, c’était compliqué pour moi de faire pire : je n’avais pas beaucoup d’expérience et j’avais quelques difficultés avec l’orthographe.

Pour ma jeunesse, auprès de mes lecteurs, personnellement, je ne me souviens pas avoir eu de problème. Aucun d’eux ne m’a jamais fait remonter ce problème. Donc je dirais que non, ça ne m’a jamais enlevé ma crédibilité, peut-être parce que je n’ai jamais voulu me donner une image de jeunette, ni d’adulte. J’attendais juste que l’on m’accepte comme je suis, ce qui je pense a plutôt bien fonctionné.

Tu as un texte en cours, Songe. Peux-tu nous le présenter ? Comment est né le projet ? Qu’est-ce que ça raconte ? Quels messages cherches-tu à faire passer à tes lecteurs ?

C’est un roman qui compte pour le moment une dizaine de chapitres. J’avoue que je mets longtemps à écrire, avec mes examens, mais je n’oublie jamais l’histoire. C’est un roman pour adolescents.

L’histoire du projet est assez ironique car il est né d’un de mes rêves, qui est un peu le thème de mon histoire. J’avais déjà imaginé tout le scénario, je n’avais plus qu’à le mettre sur papier. Ça ne m’était encore jamais arrivé jusque ici.

Mon roman raconte l’histoire d’une jeune fille, Reagan, qui fait des rêves prémonitoires d’un garçon qu’elle ne connait aucunement et qui va se retrouver dans son lycée et dont elle sera le « chaperon ». Je n’ai pas encore abordé cette partie dans mes chapitres publiés) mais ça ne saurait tarder ! Au fil du temps, on va apprendre que Reagan a un frère, décédé lors d’un accident de voiture, Aiden, et relié à cette histoire car il était son meilleur ami plus jeune. Ils vont tous les deux chercher à savoir l’exactitude des faits sur cette mort et vont apprendre que c’est un meurtre.

Le message que je cherche à faire passer à mes lecteurs, c’est que l’amour fraternel n’a pas de prix à mes yeux et qu’on ne passe jamais assez de temps avec nos proches, qu’on ne leur montre pas assez notre amour. Mais je cherche aussi à montrer qu’il ne faut pas être trop naïf car on ne connaît jamais toute la vérité sur les secrets d’une famille.

L’une des thématique de ton texte est liée aux rêves prémonitoires. C’est une idée reprise assez souvent et qui semble fasciner toujours autant. Est-ce que tu crois aux rêves prémonitoires ? Penses-tu que le fait que cette thématique soit très utilisée peut être un frein à la lecture de ton texte ? Plus généralement, penses-tu qu’on peut encore réinventer les archétypes de la littérature aujourd’hui ? Si oui, penses-tu avoir réinventé le rêve prémonitoire dans ton récit ? Comment ?

Oui, totalement, je crois aux rêves prémonitoires. J’en ai déjà vécu et je dois avouer que c’est vraiment très flippant.

Cependant, je ne pense pas que ce soit un frein à la lecture, car beaucoup de thèmes sont repris aujourd’hui, notamment les romances avec les “bad boys” qui marchent toujours aussi bien. Je pense juste qu’il faut savoir trouver sa propre manière d’exploiter le sujet en essayant de sortir des sentiers battus.

Je ne pense pas qu’on puisse réinventer les archétypes de la littérature aujourd’hui car nos ancêtres ont mis des années à fonder ces bases, mais après tout est possible dans la vie, alors je ne serais pas contre un remake de tout ça et voir ce que ça peut donner !

Du coup, non, je ne pense pas avoir réinventé le rêve prémonitoire mais je pense l’aborder de manière très différente. Je parlerais d’ailleurs plus de destin que de rêve prémonitoire car je crois énormément à l’effet papillon et au destin.

Nous parlions avec Quatseyes du désintérêt des jeunes pour la littérature “classique”. Je pense que poser la questions aux intéressés directement peut être bénéfique. Lis-tu des livres classiques seulement pour les cours ou en lis-tu aussi pour le plaisir ? Sais-tu que de plus en plus de livres classiques disparaissent des lectures obligatoires car jugées trop complexe ? Penses-tu que ta génération a plus de mal avec les vieux textes ? Penses-tu que la littérature classique est vouée à disparaître ?

Je lis des livres classiques seulement pour les cours, jamais pas pur plaisir, mais aussi souvent pour ma propre culture générale car c’est important pour la suite de mon avenir.

J’ai remarqué également que, notamment dans les lycées, des livres plus contemporains et modernes sont abordés, et moins les plus vieux, ce qui est d’ailleurs dommage car ça montrait divers horizons et une évolution de l’écriture française.

Je ne pense pas que ma génération ait plus de mal avec les vieux textes, je pense qu’elle est surtout moins investie et moins tournée en générale vers le français, faute aux nouvelles technologies et aux télés-réalités. Ce n’est que mon point de vue, bien évidemment.

La littérature est en voie de disparition, pour ma part, les jeunes s’y intéressent que trop peu et utilise des formulations plus soutenues que notre génération n’est pas habituée à employer.

Aujourd’hui, on peut dire que la littérature Young Adult est probablement la marque d’une génération d’écrivains, lancée par des livres comme Twilight ou Hunger Games. Est-ce que certains de ces livres comptent parmi tes sources d’inspiration ? Que penses-tu de cette montée du genre Young Adult : simple effet de mode ou véritable genre littéraire qui se développe ? Penses-tu faire partie de cette génération, à ta manière ? Que penses-tu des critiques virulentes des autres auteurs et lecteurs qui voient d’un mauvais oeil cette ascension qui masque leur visibilité ?

Oui en effet des livres de New Romance remplissent ma bibliothèque, donc c’est une très grande source d’inspiration. J’ai toujours été bordée par la romance depuis toute petite et j’en suis une vraie fan. J’ai notamment lu les After d’Anna Todd, les livres de Simone Elkeles qui sont d’une bonté divine, c’est un vrai plaisir de la lire, et de nombreux autres auteurs au talent incroyable.

Je pense qu’au début ce n’était qu’un effet de mode, mais, aujourd’hui, avec le Young Adult qui s’installe au salon du livre, je pense que c’est un vrai genre littéraire qui est en train de se former, avec des écrivains de plus en plus jeunes et souhaitant créer une sorte de conte de fées.

Je fais totalement parti de cette génération et je n’ai pas honte de le dire, car c’est un genre qui se respecte tout autant avec de vraies valeurs et des caractéristiques précises.

Je trouve un peu mesquin d’amener des attaques violentes envers un genre littéraire en particulier, car comme on m’a toujours dit : “Il en faut pour tous les goûts”. Pour moi, le Young Adult n’est mal vu que si l’on rabaisse les goûts des uns et des autres. Après, apporter une critique constructive est toujours plus intéressante d’un point de vue professionnel.

Dans le genre Young Adult, il y a un sous-genre particulier, la Young Romance qui prend de plus en plus d’ampleur, au point, qu’aujourd’hui, beaucoup ont décidé qu’un bon texte doit forcément contenir de la romance. Penses-tu que c’est vrai ? Les textes sans romance sont-ils moins crédibles que les autres ? Par ailleurs, ce type de littérature a inséré un autre type de débats, sur les clichés, notamment. Aujourd’hui, les lecteurs se divisent sur s’il doit y avoir clichés ou non, au point de dénigrer l’un ou l’autre des partis. Penses-tu que les clichés sont importants pour la littérature Young Adult ? N’y vois-tu pas là un moyen de facilité, de justifier l’écriture d’une littérature prévisible qui reste davantage dans ce qui plaît plutôt que dans ce qui pourrait se démarquer ?

Je pense que c’est totalement faux. Il y a une différence entre vouloir de la romance dans ces lectures et écrire un bon texte. On n’a pas besoin de romance pour écrire un bon texte, sinon beaucoup d’auteurs ne seraient pas publiés, en vient-on à oublier les genres policier ?

Après, je préfère un texte avec de la romance, car comme je le dis plus haut, j’ai toujours été absorbée par ce genre littéraire. Mais les textes sans romance ne sont pas moins crédibles, loin de là. Ils abordent des sujets de différentes manières.

Je pense que les clichés ne sont pas importants pour la littérature Young Adult car une histoire d’amour peut-être écrite de manière délicate et envoûtante tout en étant différente. C’est d’ailleurs ce qui fait le charme d’un roman.

Je ne vois pas là un moyen de facilité dans ce style prévisible ou non d’ailleurs car les clichés n’amènent pas toujours à une littérature plaisante. Pour moi un roman peut se démarquer tout en ayant un milliard de clichés, il suffit de les écrire et de les modeler à sa manière.

Beaucoup de jeunes auteurs rêvent de l’édition. Est-ce ton cas ? Si oui, quelle serait ta maison d’édition idéale ? Penses-tu que les jeunes écrivent aujourd’hui pour la célébrité plus que pour le plaisir ? Pourquoi ?

Beaucoup de jeunes auteurs rêvent de l’édition, et j’en fais partie. Ma maison d’édition idéale serait Hugo Romance ou Hachette, car mes histoires contiennent une intrigue tournée autour de relations amoureuses.

Nous voyons le phénomène « célébrité » sur Wattpad, avec les jeunes écrivains qui viennent simplement nous demander de voter sans avis. Pour moi, ceci est un signe de notoriété et non l’envie d’écrire par passion et pur plaisir. L’écriture devient un effet de mode, à moins que ces personnes pensent qu’être auteur est bien payé, je ne sais pas vraiment.  Mais pour moi un bon roman est bien écrit seulement lorsqu’il est écrit avec passion.

Petite question plus générale. Aujourd’hui, on remarque une dévalorisation de la littérature des adolescents sur Wattpad, jugée immature et peu qualitative, par rapport à la littérature d’adolescents édités qui, soudainement, devient un acte courageux et mâture. Penses-tu que les jeunes auteurs comme toi sont mal jugés par les critiques littéraires ? Qu’est-ce qui fait la force de la littérature “jeune”, d’après toi ? Penses-tu qu’il existe un écart de jugement entre littérature amateure et éditée ? Que penses-tu des textes de Wattpad qu’on retrouve dans les salons littéraires ? Réussite ou fausse “célébrité” ? Dis-nous tout !

Je pense sincèrement que nous sommes mal-jugé.e.s par les critiques littéraires, car beaucoup d’histoires sur Wattpad sont écrites de manière peu valorisante, souvent en texto, en abordant des sujets de société comme si c’était normal comme le viol ou le syndrôme de Stockholm. Je comprends que nous soyons mal-jugé.e.s, mais il y a aussi trop de critiques provoquées par les erreurs de personnes cherchant la notoriété, alors que sur Wattpad, il y a beaucoup de perles rares. Je peux notamment citer la fiction Never out of Styles.

La force de la littérature jeune, c’est toute une répercussion d’actions. Sa force est d’être au cœur de l’action, dénonçant les victimes de harcèlement et bien d’autres, elle peut raconter les sujets de manière authentique. Elle a la force de vaincre et de vouloir montrer aux proches que sa génération est capable de grandes choses. Je pense que sa force, c’est sa volonté à bien vouloir faire.

Lorsque nous sommes édités, nous sommes pris au sérieux car nous sommes soit disant “reconnus” comme étant un véritable auteur. Ce qui est faux, en passant, être édité ne veut pas dire être reconnu.e, l’auto-édition est un moyen de contourner cela. Je pense cependant qu’un auteur amateur peut-être amplement plus doué qu’un auteur édité.

Je pense que c’est une réussite pour la communauté de Wattpad que de faire connaître des auteurs de cette plateforme. Les Wattpadiens savent comment il est dur d’arriver à faire reconnaître son texte. Alors je suis fière de ces personnes qui se voient être exposées dans les salons littéraires. C’est une réussite à 200% !

Pour le défi, donne deux mots à la personne qui passera après toi ! Elle devra les caser dans son interview.

Je défie la personne suivant de caser dans son interview ces mots : Singe et Chargeur.

Je tiens à remercier Myfanwi de m’avoir interviewé et aux lecteurs qui liront cette interview. Cela m’a touchée et j’espère que vous arriverez tous à accomplir vos rêves. Croyez-y !

Merci à toi et à très bientôt pour de nouveaux articles !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :