Choisir le titre idéal pour son histoire

CHOISIR LE TITRE IDÉAL POUR SON HISTOIRE

Bonjour ! Cette semaine, nous nous intéressons aux titres de récits. Il s’agit souvent d’un passage un peu compliqué à concevoir pour de nombreux auteurs. Nous allons voir ensemble les caractéristiques nécéssaires à un bon titre et un tour d’horizon de ce qu’il est possible de faire !

1. L’importance du titre

Le titre, c’est le premier élément d’information d’une histoire. Lorsqu’on choisit un livre, c’est souvent le premier critère de choix, devant la quatrième de couverture. Vous vous en doutez donc, c’est LE point à ne surtout pas rater.

Il doit refléter à la fois l’histoire… Mais sans en dire trop. L’exercice est très difficile et c’est pourquoi il est si difficile de pouvoir l’illustrer avec une méthode précise. Ce que l’on doit retenir du titre, quand on est lecteur, c’est qu’il n’y avait pas de possibilité d’en mettre un autre. Il fallait que ce soit celui-là. Et ce côté là, on ne le retrouve que trop rarement. Beaucoup d’auteurs, notamment sur les plateformes d’écriture, se contentent du minimum, d’un titre simpliste qui reflète souvent le début de leur histoire mais rarement le message en profondeur.

Et c’est une grave erreur. Un titre, ça crée des attentes de lectures, un élément indispensable pour garder un lecteur du début à la fin. Lorsque l’on lit un titre, de manière instinctive, on se créée plein de scénarios mentaux. Le but du jeu, pour l’auteur, c’est de garder le lecteur sur le long terme et donc de le conforter ou de détruire ses idées une à une pour qu’il n’y ait plus qu’une sortie possible, et c’est encore mieux si c’est la sortie que le lecteur ne suspectait pas. De ce fait, un titre trop simpliste dévoilera l’intrigue trop rapidement, perdant avec elle les enjeux du texte.

Pendant l’écriture, le titre peut être parfois trouvé au début de l’écriture, mais plus majoritairement, il est choisi à la fin de l’écriture. Les plateformes d’écriture présentant des bébés-projets, il n’est pas étonnant d’y voir des titres qui fluctuent et il ne faut surtout pas avoir peur de changer au beau milieu de l’histoire.

Dernier point : il faut, à tout prix, que votre titre soit original. Gneugneugneu, on peut pas créer de l’original tout le temps. Ah oui ? Alors voilà ce que l’on peut trouver sur Wattpad :

titres

Un titre qui n’est pas unique, c’est courir droit à la mort de la visibilité. Plus il y a de textes qui portent le même titre que le votre, moins vous serez lu. C’est à réfléchir, donc.

2. Les archétypes de titres

Il existe plusieurs archétypes de titres, avec des qualités et des défauts.

Généralement, il est commun de dire que le titre doit à la fois refléter le genre du texte. Ainsi, cette méthode a vu des titres-types émerger. Par exemple, en fantasy, il est commun de retrouver des titres qui se présent sous la forme : « Les chroniques de [PAYS] ». En romance, on trouve beaucoup de « [PRENOM] et [PRENOM] » ou de titre avec « amour » dedans. Ces titres, bien que valides, ont tendance à trop vite dévoiler l’intrigue. Par exemple, pour « Les chroniques de… », on a souvent affaire à de l’héroic fantasy, avec des héros quasi-immortel. On devine donc immédiatement que le héros va gagner. Dommage ! Néanmoins, ils ont aussi l’avantage d’attirer des lecteurs jeunes, habitués à ces titres et des lecteurs assidus… Au risque de faire fuir ceux à la recherche de plus d’originalité.

On trouve également les titres-nom, qui présentent généralement le personnage principal ou un lieu marquant. Ce type de titre est aussi à nuancer. Généralement utilisé en fantasy, il a deux avantages : montrer qu’il s’agit de fantasy tout en ne donnant aucune indication sur l’intrigue, si ce n’est un lieu ou un personnage. Mais ces avantages peuvent vite tourner en défaut : un lieu, un personnage, c’est bien. Mais en fantasy, comme bien souvent on ne connait rien de l’univers, le titre peut ne pas parler au lecteur et le rebuter. Encore dommage ! Je conseille ce type de titre à des personnages et des lieux avec un message sous-entendu précis et important pour la suite. Par exemple, pour ma nouvelle de fantasy, Lazare, le nom évoque Lazare de Béthanie et sa célèbre réplique : « Marche ou crève. ». Dans l’histoire, Lazare va se retrouver incapable de marcher et tout l’enjeu du texte va tourner autour de remarcher pour survivre. Et bam, titre éloquent.

Ensuite, il y a les titres qui touchent à l’intrigue et ses moments forts : une phrase du personnage, le but d’une quête, ou plus généralement au moment final. Ce sont personnellement ceux que je préfère. Lorsque le titre touche à l’événement final, il est presque impossible de deviner l’intrigue. Par exemple, Le Rouge et Le Noir de Stendhal n’est compréhensible qu’aux dernières lignes du texte, qui remettent tout le texte en question. C’est toujours un immense plaisir d’être surpris et de comprendre que l’auteur t’as mené en bateau depuis le début et c’est clairement mon style de texte préféré.

Et enfin, il y a tous ces titres mystérieux, qu’on ne comprend pas en lisant le texte parce qu’ils nécessitent un décodage. Ils peuvent intriguer le lecteur, certes, mais je trouve surtout qu’ils compliquent la lecture. C’est un choix qu’il faut assumer.

Ce ne sont que quelques aperçus, il est très difficile de proposer des exemples types de titres tant il y en a des différents.

3. Les fausses bonnes idées

Même s’il y a une infinité de titres géniaux, il y en a qui ne sont pas de bonnes idées. A force de vouloir être originaux, il y a quelques soucis qui peuvent apparaître.

En tête de liste, bien sûr, il y a les titres en langue étrangère. On est en France (ou dans un pays fancophone), on écrit français, plus de la moitié de la population ne parle pas de seconde langue : alors pourquoi mettre un titre en anglais ?! Ce n’est ni « classe », ni pratique, le lecteur ne comprend pas l’enjeu du texte une fois sur deux. Beaucoup justifie ça par l’influence américaine… Mais les américains parlent anglais et écrivent donc en anglais, eh oui ! Avez-vous vu des américains utiliser des titres français pour faire beau ? Bah c’est la même chose. C’est souvent une erreur de débutant qui montre que vous vous appuyez trop sur la culture américaine et ça risque de vous desservir. Nous parlons de l’anglais, bien sûr, mais que penser des titres en japonais ?  En espagnol ? En allemand ? Même pas un dixième de la population parlent ces langues, vous fermez des portes inutilement.

Il y a ensuite les auteurs qui prennent des expressions françaises. Certaines expressions ou titres de chansons ont des origines… discutables. Au clair de la lune, par exemple, c’est l’histoire d’un gamin persécuté qui va se faire violer. Joyeux, hein ? Pas du tout une bonne idée pour une romance, donc. Renseignez-vous bien sur les expressions employées, ça peut vous jouer de mauvais tours ! Et éventuellement, arrêtez de prendre toujours les même : « La vengeance est un plat qui se mange froid », « L’amour donne des ailes », c’est niais à souhait, déjà vu et pas crédible.

Enfin, un titre, ça doit être COURT. Les titres à rallonge, ce n’est pas une bonne idée, ça décourage souvent les lecteurs. Qui aurait l’idée d’appeler son texte Petit traité de désinvolture : Où il est question du dilettantisme et de la désinvolture, du temps et de la vitesse, des îles et du bonheur, du sport et … aussi des chats, des tortues et des Chinois. Denis Grozdanovitch, apparemment. Vous voyez le problème. Plus votre titre est long, plus ses enjeux sont diffus. C’est donc à éviter !

C’est tout pour ce petit article, j’espère qu’il vous a plu ! Merci de votre soutien, bravo l’équipe de France et à bientôt pour de nouveaux articles !

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :