De la fanfiction au texte original : une transition tout en douceur

DE LA FANFICTION AU TEXTE ORIGINAL : UNE TRANSITION EN DOUCEUR

Bonjour ! On se retrouve après une semaine à vide pour parler une nouvelle fois de la fanfiction. J’ai reçu une demande sur la manière d’effectuer la transition de la fanfiction au texte original. Je me suis appuyée sur un petit sondage pour se faire, dont les réponses sont disponibles PAR ICI !

1. Le dilemme : la sécurité ou le saut dans le vide ?

Si beaucoup d’auteurs débutent leur « carrière » par la fanfiction, ce n’est nullement le fruit du hasard. La fanfiction touche un public cible le plus souvent très jeune, attaché à un fandom ( = l’activité d’un groupe de fan d’un média)  et très, très enthousiaste dès la sortie d’une création sur leur série, film, manga, ect. préféré. Qu’on en dise ce qu’on veut, les fandoms de fanfictions sont un environnement ultra-positif et enclin à l’encouragement à la création commune : un auteur de fanfiction n’écrit jamais totalement seul, il écrit avec et pour une communauté qui le comprend, le soutient et l’aide à progresser par positivisme.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, c’est bien souvent l’environnement extérieur qui pousse un auteur à sortir de sa zone de confort pour tendre vers l’écriture originale : les critiques des personnes non-affiliées au fandom sont très présentes, le genre de la fanfiction est dénigré par la critique et le milieu scolaire, il y a aussi parfois des sous-groupes fanatiques qui font pression pour imposer une vision d’un fandom qui rend tout le monde mal à l’aise (bisous les Johnlockers extrêmes). Et bien sûr, l’évolution personnelle est aussi à prendre en compte : nos goûts changent, on prend conscience qu’on a envie d’aller plus loin, d’avoir des retours plus constructifs.

Ainsi, lorsque qu’on est tranquillement plongé dans le milieu de la fanfiction, le milieu de l’écriture originale fait très peur, tout simplement parce qu’il paraît totalement fermé, négatif, avec des critiques violentes et plus de groupe pour se rassurer. C’est comme un saut à l’élastique : vous êtes seul face au vide et il vous faut faire le choix de retourner sur la terre ferme, vers la sécurité, ou ouvrir vos bras au risque, quitte à se planter. Ceux qui l’ont déjà fait le savent pourtant : une fois qu’on saute dans le vide, la peur s’envole. C’est sur ce passage que l’on va travailler aujourd’hui.

2. Les avantages et inconvénients de la fanfiction

La première étape d’un saut dans le vide, c’est de peser les pour et les contre. Et cela commence par prendre un recul critique sur l’activité que l’on exerce : quels sont les avantages et les inconvénients d’écrire une fanfiction ?

Pour les avantages, comme nous le disions plus haut, il y a clairement l’aspect sécuritaire : vous écrivez sur un univers que vous connaissez sur le bout de vos doigts, avec des personnages qui vous rassurent et vous donnent un point d’ancrage. Vous êtes aussi « surprotégé » par le fandom. Les auteurs de fanfictions forment bien souvent un tout : on tisse des liens, on se soutient mutuellement, on prend plaisir à se lancer tous ensemble dans des thématiques communes. Ce cocon agit un peu comme une drogue : puisque vous y êtes bien, quel est l’intérêt d’en sortir ? Vous avez une communauté, des lecteurs, des retours sur vos textes, des amis, il n’y a aucune raison d’en sortir, vraiment.

C’est généralement lorsque l’on prend de l’âge dans un fandom qu’on commence à voir ressortir quelques côtés un peu gênants de la fanfiction. Le premier, c’est la répétition des motifs : même si on peut faire énormément de choses avec la fanfiction, beaucoup d’auteurs s’accrochent aux ships (= romance FICTIVE entre deux personnages d’un fandom) et aux scènes dramatiques, si bien qu’on trouve foncièrement toujours les mêmes intrigues (à de rares exceptions près, on peut toujours réinventer !). A cela s’ajoute le fait qu’une histoire qui fonctionne bien et devient populaire dans un fandom est ensuite découpée, redécoupée, reredécoupée par d’autres auteurs du fandoms qui surfent sur la vague du succès. Il y a aussi la découvertes des côtés sombres des fanfictions, avec des choses très hardcores (une pensée pour les Animatroniques de Five Night At Freddy’s qui se tapent des amourettes avec des gens randoms alors que ce sont des enfants qui hantent les costumes), du self insert (=s’insérer dans l’histoire) un peu trop forcé et des textes parfois à la limite de la toxicité (banalisation du viol, de la pédophilie, de la zoophilie et de tout ce que vous voulez). On peut aussi avoir envie d’évoluer dans son style d’écriture et recevoir des critiques un peu mieux argumentées : les auteurs de fanfics étant très positifs, les critiques sur les textes sont très, très rares, et ça peut être dangereux.

Généralement, trois choix s’offrent à nous dans ce cas-là : continuer dans le fandom en fermant les yeux très fort, quitte à prendre un peu de recul et risquer de s’exclure un peu du groupe, soit changer fandom, solution radicale, ou alors, pour certains, songer à se lancer dans les textes originaux. C’est ce dernier cas qui va retenir notre attention aujourd’hui.

3. Entamer la transition en douceur

Pour commencer, la fanfiction et le récit original, ce sont deux mondes totalement opposés. Même si vous avez une certaine popularité dans le milieu de la fanfiction, il faut voir le passage comme un nouveau départ : vous allez toucher à des genres mieux définis et plus complexes, où tout est à inventer, et la plupart du temps sans aucun public pour vous soutenir (dans 99% des cas, votre lectorat habituel d’un groupe de fanfictions ne lit pas de textes originaux). Vous l’aurez compris, couper les ponts directement, c’est hyper violent et démotivant, c’est pourquoi il faut y aller pas à pas.

Pour commencer, plusieurs sous-genres de la fanfiction ont été créés pour les personnes qui cherchent justement à faire ce passage vers le texte original. Vous n’êtes pas le premier à le faire, vous ne serez pas le dernier ! L’un de ces sous-genres, très pratique, c’est l’univers alternatif. Vous gardez vos personnages et leur caractères, mais vous les déplacez dans un autre univers, qui leur est totalement inconnu et où ils vivent depuis toujours. Cela change énormément de choses : vous devez bâtir l’univers qui entoure vos personnages de A à Z et faire attention à adapter leurs actions à leur nouvelle époque et leur nouveau lieu de vie. C’est ce type de travail que vous devrez réaliser dans l’écriture de vos textes originaux : construire un monde et adapter les réactions de votre personnage à celui-ci.

Vous pouvez également passer par la création de personnages originaux, que vous intégrez à votre intrigue. Dans un premier temps, si cela vous rassure, faites-les interagir avec les personnages de votre fandom. Même si ce type d’écriture est parfois mal vu par les lecteurs de fanfictions, c’est un excellent exercice qui vous apprend à adapter et cadrer votre personnage sur ceux de l’univers dont vous vous inspirez. Peu à peu, rien ne vous empêche également de n’écrire qu’avec des personnages originaux, que vous faites évoluer dans l’univers que vous connaissez. Dans les cas les plus fréquents, on trouve par exemple les aventures des enfants des protagonistes, où des écritures du point de vue de personnages que l’on entend jamais dans les films ou ultra-secondaires. Tout ça, ça vous entraîne à créer des personnages et à les rendre vraisemblables en adaptant leur vie sur des modèles existant, pour rester fidèle aux valeurs que vous défendez.

Enfin, si cela vous rassure, votre premier texte original peut être également la réécriture d’une fanfiction. C’est un exercice assez intense et pas facile : vous devez recréer les personnages et changer absolument tout chez eux, changer l’univers et le remodeler briques à briques pour faire disparaître toutes traces de ce dernier. Pour ma part, je déconseille cet exercice avant votre première création de personnages originaux. Il est plus facile de créer à partir de personnages créés de toutes pièces qu’avec des personnages connus, dont vous séparer peut s’avérer compliqué, car la tentation de la facilité est trop forte. Prenez du recul sur votre fandom !

4. Du petit au grand bassin : commencer son texte original

On arrive aux conseils plus larges : par où commencer son texte ? Eh bien… Il n’y a pas de solutions miracles : il faut tout tester ! Si ça vous rassure, vous pouvez commencer par vous renseigner sur le genre de votre fandom pour écrire votre propre histoire dans ce style là, ou vous pouvez totalement vous lancer sur autre chose.

Commencer par du format court ou long n’a pas d’importance : dans tous les cas, votre premier texte sera toujours moins bien que les suivants. Vous apprenez, c’est normal de se tromper. A vous d’apprendre par la suite à accepter que votre texte n’est pas parfait et à agir en conséquence, je pense que vous trouverez sur ce blog tout ce qu’il vous faut pour découvrir toutes ces thématiques !

Le dernier point sur lequel j’ai quelque chose à dire, c’est sur la gestion émotionnelle de votre projet : ne prenez pas trop à cœur les critiques les premières fois. Vous débutez, prenez le temps d’apprendre de vos erreurs et faites-en une force pour continuer à progresser ! Plus vite vous accepterez les critiques, plus vite vous évoluerez ! Même si trouver un public est difficile, n’oubliez pas que ces lecteurs-là fonctionnent comme ceux des fanfictions : soyez régulier dans vos publications, intéragissez avec les lecteurs, faites-vous de nouveaux amis. La fanfiction vous a appris que tisser des liens est une grande force, tirez-en des leçons !

Enfin, bien sûr, ce n’est pas parce que vous partez du côté des textes originaux que vous devez abandonner la fanfiction, bien au contraire ! C’est l’occasion d’améliorer votre style et de tester des choses différentes en parallèle de vos autres projets. Par exemple, pour ma part, j’utilise toujours la fanfiction pour améliorer le développement de mes personnages et de mes scènes d’action. Fanfiction et texte original sont complémentaires, je vous encourage vivement à continuer d’écrire les deux !

C’est tout pour cet article ! Désolée de la petite pause la semaine passée, j’ai été un peu prise au dépourvu par la charge de travail et j’ai développé une grippe, pour changer de mes pré-vacances habituelles… Je vous donne rendez-vous pour de nouveaux articles très bientôt, des bisouilles !

5 commentaires sur “De la fanfiction au texte original : une transition tout en douceur

Ajouter un commentaire

  1. J’ai une petite question : comment est-ce qu’on peut y répondre, à tes fameux sondages ? Parce que j’en vois passer les résultats à chaque fois mais j’arrive jamais à y participer x)
    Hééé, mais ! Cet article ?! Oh, chouette, merci beaucoup ! 😀
    Mh, je vois pas du tout pourquoi tu soulignes autant le côté FICTIF des ships… Non, vraiment, je ne comprends pas… (retourne se cacher dans son fourré pour continuer à observer Bob draguer Théo)
    Mh, personnellement l’exercice de réécriture complète d’une fanfiction me fait un peu peur, j’ai l’impression que le risque est énorme de ne pas réussir à modifier chaque truc et qu’on retrouve trop de choses de l’œuvre de base… ^^’
    Ce que je trouve le plus compliqué c’est la création de tout un univers rien qu’à soi… Bon quand c’est des histoires courtes, ou dans des univers « classiques » ça peut encore aller (quoique…), mais quand il s’agit de créer tout un (voire plusieurs…) royaumes de fantasy, par exemple, ou tout un monde futuriste, ou que sais-je… Wowowow mais ça part dans tous les sens ! O.O XD
    Bravo et merci beaucoup beaucoup pour cet article, toujours très intéressant ! 😀
    J’espère que tu t’es bien remise de ta grippe, bisous et à bientôt !

    J’aime

  2. J’écris mais je n’ai pas commencé par écrire des fanfictions.
    Je ne lis pas de fanfiction non plus, et c’est vrai que ça a une assez mauvaise image même s’il y a aussi des bons côtés mais les fanfictions les plus populaires c’est surtout des romances: After, 50 nuances de grey des romances fanfiction de base qui ont été édités.
    Et déjà lu le livre d’une personne en bêta-lectrice, je ne lui ai pas dit clairement mais son roman faisait trop fanfiction et ce n’est pas un compliment, trop fanfiction mélange de les âmes vagabondes (que je n’ai pas lu mais dont je connais l’histoire) et de la 5ème vague (vu le film), ses inspirations se sentaient mais de trop justement!
    Je ne sais pas si elle a fait des plagiats de ses livres car je ne les ai pas lus.

    J’aime

    1. After et 50 nuances de Grey ne sont plus des fanfictions, elles ont été entièrement réécrites et sont rejetées en masse par la communauté des fanfictions pour leur couardise.
      Après, les inspirations et les fanfictions sont deux choses entièrement différentes. On peut écrire un roman zombie qui a l’air de s’inspirer totalement de The Walking Dead sans pourtant écrire de la fanfiction dessus.
      Les fanfictions sont un genre littéraire codifié, ça ne peut pas être considéré comme des romans, puisque ce n’en sont pas. Ce sont des textes écrits par des fans pour des fans avec une communauté. Les comparer à des textes originaux n’est donc pas pertinent puisqu’ils n’ont pas le même objectif ^^

      J’aime

      1. Je savais très bien ce qu’était une fanfiction, je voulais juste dire que celles connues ont moins bonne presse ou préjugé de « mauvaise qualité » . Ensuite le livre de l’autrice auto-éditée, je savais que ce n’est pas une fanfiction mais qu’elle m’a FAIT PENSER à une fanfiction trop inspirée de la 5ème vague et les âmes vagabondes où on voyait trop leur ressemblance et pourrait s’apparenter à du plagiat

        J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :