Ecrire ensemble

ECRIRE ENSEMBLE

Bonjour tout le monde ! Cette semaine, on repart du côté des découvertes avec la question suivante : qu’est-ce qu’on peut écrire à plusieurs ? C’est quelque chose que beaucoup d’auteurs veulent tenter, mais ne pensent pas être capables de tenir un long texte. Ça tombe bien, on va parler de plein, plein de façons d’écrire à plusieurs sans se prendre la tête !

1. Pour les soirées entre copains

On va commencer par les gens qui n’ont pas beaucoup de temps. Ecrire ensemble, ça peut très bien se faire à l’occasion d’une soirée IRL ou en ligne, sans aucun problème. Il n’y a pas besoin de s’engager tout de suite sur le long terme, c’est d’ailleurs ce qui est le plus conseillé quand vous n’avez pas beaucoup de temps pour écrire.

Le premier petit jeu, très rapide, c’est le cadavre exquis. C’est une activité qui nous vient des surréalistes. Cela consiste à écrire à plusieurs sans voir ce que les autres participants ont écrit pour créer des histoires souvent très drôles et très étranges. Pour jouer, il vous faut une feuille de papier et des amis. Posez une structure pour éviter que ça parte dans tous les sens : Un nom précédé d’un déterminant – un adjectif qualificatif – un verbe admettant un COD ou un COI – un nom précédé d’un déterminant – un adjectif. Chaque étape est rédigée par un joueur différent qui plie ensuite la feuille pour ne pas que le joueur d’après le voit.

Voilà un exemple réalisé avec un générateur de mots, pour vous montrer ce que ça peut donner. Chaque couleur correspond à un joueur différent, et il faut plier après chaque ajout pour cacher son bout de phrase à l’autre.

20190818_140213

A la fin, vous obtenez une phrase farfelue. Bien sûr, ça c’est le canva de base, que vous pouvez complexifier à l’infini pour former des phrases complexes, puis des histoires. C’est rapide, c’est rigolo et ça prend pas la tête. C’est aussi un excellent moyen de passer le temps en cours si vous vous ennuyez, parole d’ancienne étudiante.

Si vous aimez le défi, j’ai un deuxième jeu à vous proposer, idéal pour les grands groupes d’amis. C’est de l’écriture à plusieurs mains avec des contraintes. Pour jouer, vous avez besoin soit d’une feuille, soit d’un document en ligne que tout le monde peut modifier (Google Docs, par exemple). Vous aurez aussi besoin de ce générateur de mots et d’un dé à six faces. Un joueur écrit une première phrase, qui sera la phrase d’introduction de l’histoire. Ensuite, chaque joueur tire le dé, puis tire le nombre de mots donnés par les chiffres. A partir de là, vous avez le droit à trois phrases pour compléter l’histoire, où vous devez caser tous les mots tirés au sort.

L’histoire a tendance à rapidement vous échapper et vous devrez faire avec, c’est plus drôle. Si vous voulez un exemple, voilà ce que j’ai pu faire à l’occasion d’une soirée avec des copains d’un fandom de fanfiction : CLIQUE ICI ! On en est venus à faire pleuvoir des micro-ondes dans un univers médiéval, pour vous dire à quel point ça a dérapé. Mais c’est extrêmement drôle et je vous le conseille vraiment si vous avez des soirées où vous ne savez pas quoi faire.

 2. Ecrire des textes à quatre mains

Dans les projets plus sérieux, maintenant, de plus en plus d’auteurs tentent aujourd’hui d’écrire des histoires en duo, plus ou moins longues. C’est quelque chose de complexe, autant sur le plan de l’organisation que du temps que vous allez consacrer au projet, étant donné que c’est quelque chose qui va tenir sur le long terme. J’y consacrerais plus longuement un article très bientôt, mais cela ne m’empêche pas de vous présenter brièvement les différentes façons d’écrire en duo.

Déjà, il faut savoir que vous aurez plus de facilités à écrire avec quelqu’un que vous connaissez bien et dont vous connaissez le style d’écriture. Il ne faut pas nécessairement avoir le même style, l’exercice n’a plus aucun intérêt dans ce cas, mais il faut se mettre d’accord sur la façon de jouer les personnages, de gérer les descriptions, les noeuds de l’intrigue afin que l’histoire donne un semblant d’unicité, de cohésion. Ecrire à deux, il y a plein de moyen de le faire.

Pour commencer, si vous vous entendez extrêmement bien avec votre camarade, vous pouvez tout à fait travailler ensemble sur tous les chapitres, quitte à alterner les phases d’écriture dans l’enceinte du chapitre. Le risque, c’est que vous finissiez par vous marcher dessus par envie de faire des choses que l’autre ne veut pas. Les engueulades, c’est courant dans les duos, je dirais même que c’est normal, mais ça ne doit pas être trop souvent, donc choisissez bien.

Ensuite, toujours dans la même veine, il y a la technique d’écrire un chapitre chacun. Cela offre plus de liberté tout en suivant une ligne directrice pré-établie. Pour cette méthode, vous devrez malgré tout établir ensemble une ligne de conduite pour les personnages, les descriptions, afin que le texte ne paraisse pas décousu d’un chapitre sur l’autre. C’est compliqué, mais c’est totalement faisable !

Enfin, la solution la plus simple, mais aussi la plus casse-gueule, c’est d’alterner les points de vue de personnages. Cela vous permet de jouer un personnage et de vous y tenir, certes, mais ça pose aussi très souvent rapidement des limites dans la façon de décrire, de faire avancer l’intrigue, pour éviter qu’elle ne ressemble à du roleplay. Ce format s’adapte assez mal aux romans. Néanmoins, d’autres formats permettent totalement ce type de narration. Le roman épistolaire, entre autre, permet à la fois de rester détaché et de jouer l’un avec l’autre sans que la narration soit trop forcée. C’est un bon compromis !

L’écriture à quatre mains, c’est tentant mais difficile souvent à tenir sur le long terme. Malgré tout, quand ça aboutit, ça donne de très bons livres très riches car avec des apports de deux cultures différentes. J’ai jamais été déçue par ce type de livre pour ma part en tout cas, ça fait deux fois plus de texte à analyser et à réfléchir.

3. Ecrire avec des inconnus

La dernière partie de cet article est consacrée aux différentes choses qu’il est possible d’écrire avec des inconnus. Les réseaux sociaux, les forums, les sites spécialisés permettent énormément de possibilités à ce niveau-là. Je le répète assez souvent, mais l’écriture, aujourd’hui, elle est très, très rarement solitaire parce qu’on fait des recherches, on utilise ses lecteurs, on progresse avec eux. Il suffit de demander de l’aide pour que des tas de mains soient tendues dans votre direction. Et c’est bien ! Ça montre que le monde de l’écriture évolue et que l’image du vieux monsieur ringard enfermé dans son bureau (coucou Stephen King et ses conseils BIDONS, je t’aime -pas-) commence ENFIN à s’estomper. Bref, je m’égare.

Pour commencer, donc, si vous ne voulez pas trop vous éparpiller sur des projets à quatre mains, vous pouvez très bien participer avec votre projet en cours d’écriture à des Rushs et des Word Wars. Le principe est très simple. Pendant un temps limité, vous écrivez. Une fois le temps écoulé, vous partagez progrès, extraits et nombres de mots avec vos camarades, afin de se soutenir mutuellement, se conseiller et progresser ensemble. Ce sont des exercices rapides mais qui vous permettent de vous confronter à la critique des autres, toujours avec bienveillance, et c’est pas plus mal.

Ces Rushs et Words Wars peuvent d’ailleurs être très utiles lorsque vous vous lancez dans des défis communautaires bien plus gros. C’est le cas par exemple du NanoWrimo, où vous devez tenir un objectif de 50 000 mots sur le mois de novembre, ou encore le Writober, à savoir un texte horrifique par jour tout le mois d’octobre. Ces défis, ils ne peuvent être réussis qu’en vous soutenant et vous lisant les uns les autres. Ils motivent chaque année des milliers d’auteurs en même temps, et il faut profiter de la force du nombre pour pousser tout le monde vers le haut. Le but c’est de s’encourager à écrire, et ça marche plutôt bien généralement. De même, vous pouvez aussi organiser des activités de type Secret Santa où des inconnus écrivent des textes à d’autres inconnus juste pour le plaisir. C’est super fun à faire et ça rapproche les gens.

En parlant de rapprochement, s’il y a une activité qui rapproche toujours les gens et qui ne vieillit toujours pas, c’est le jeu de rôle. Sur les forums, sur Discord, sur les réseaux sociaux, il vous permet de jouer de multiples personnages et de vous confronter à de multiples façons de jouer. C’est extrêmement formateur, c’est clairement dans ce milieu que j’ai forgé mon style d’écriture. Trouver un forum, un serveur Discord, c’est pas bien difficile. Il y a des tas d’annuaires sur le net et sur les réseaux sociaux qui vous permettent de jouer littéralement n’importe quoi. Je vous renvoie à mon article sur les jeux de rôle textuels pour en savoir plus sur leur fonctionnement !

Enfin, il faut savoir que de nombreux concepts ont découlé du jeu de rôle pour ceux qui veulent construire des histoires. Je vous présentais par exemple The Root Book il y a quelques temps, une plateforme qui vous permet d’écrire la suite d’histoires d’autres auteurs… Et de recommencer si vous avez d’autres idées. C’est un excellent exercice qui vous demande de vous adapter à l’autre sans se prendre la tête.

Voilà un peu pour mon tour d’horizon de l’écriture collaborative, j’espère que ça vous a plu ! On se donne rendez-vous bientôt pour de nouveaux articles, des bisous !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :