[Beta Publisher] Incarnations – Tome 1 : Ombre Fauve – Lilly Sebastian

INCARNATIONS – TOME 1 : OMBRE FAUVE
LILLY SEBASTIAN

Coucou ! On se retrouve pour une nouvelle chronique assez spéciale puisqu’il s’agit de la critique d’une nouvelle saga tirée d’un univers étendu déjà chroniqué sur ce blog, à savoir les Métamorphoses de Lilly Sebastian ! Je suis assez excitée, parce que les univers étendus sont si rares dans les maisons d’édition, que rien que ça m’a donné envie de lire ce roman.

1. Crocs et griffes

Rose vit seule depuis le décès de sa mère et a du mal à s’intégrer à la société. Alors qu’elle se promène un soir d’Halloween, perdue dans ses pensées, elle se retrouve par hasard piégée dans un quartier malfamé, près de deux hommes visiblement à la recherche de quelqu’un. Alors qu’elle s’apprête à faire demi-tour, elle ne tarde pas à tomber sur une jeune femme menottée et en très mauvais état.

Ne pouvant se résoudre à l’abandonner à son sort, elle décide de la mettre à l’abri pour appeler les secours. Mais comment pouvait-elle se douter qu’en sauvant une parfaite inconnue, elle se retrouverait bientôt embarquée dans un enchaînement catastrophique de mésaventures ?

Attaquée chez elle, puis emmenée de force dans un lieu qu’elle ne connait pas, elle va rapidement découvrir que sa vision du monde est plus que limitée. Elle ne se trouve pas dans n’importe quel manoir, mais dans celui d’un clan de métamorphes, des hommes capables de se transformer en animaux. Mais que lui veulent-elles ? Et comment s’enfuir ?

A trop chercher des réponses, elle pourrait rapidement le regretter.

Le roman est disponible aux éditions Beta Publisher depuis le 21 juillet 2020. Vous pouvez le retrouver sur le site web de la maison d’édition.

2. Un univers étendu aux nombreuses surprises

En lisant le début de ce roman, je me suis rendue compte que je l’avais déjà lu quelque part. C’est assez drôle, parce que je l’avais découvert quelque chose comme il y a un ou deux ans sur Wattpad à l’occasion d’un concours, sans jamais faire le lien avec les Métamorphoses. Ce petit détail m’a beaucoup fait rire.

J’ai beaucoup aimé ce roman. Il est bourré de qualités, et ça fait plaisir de retrouver le style littéraire et les personnages d’une autrice lue auparavant. Comme dit précédemment, ce livre s’inscrit dans un univers étendu, c’est-à-dire une histoire complémentaire et indépendante qui se passe dans le même monde qu’une autre. Dans le cas présent, on se trouve ici dans le monde des Métamorphoses, avec une trilogie déjà sortie et très, très chouette. L’histoire se passe en parallèle des événements du tome 3, Symbiose. Alors que les Métamorphes sont en train d’être dévoilés au monde, Rose se retrouve prisonnière du manoir.

Ce petit détail donne énormément de charme à l’histoire. On peut bien sûr le lire sans avoir lu la trilogie précédente, mais quand vous l’avez lu, il y a énormément de clins d’oeil et de détails qui vous sautent aux yeux. J’ai adoré retrouver ce même contexte, d’autant plus que les actions des personnages des Métamorphoses influent entièrement sur les actions et l’intrigue d’Ombre Fauve. Cet entremêlement d’intrigue est assez incroyable, et étant donné ma grande passion pour le worldbuilding, j’en ai tout de suite eu des étoiles plein les yeux.

Et d’autant plus parce qu’on ne s’arrête absolument pas là. Outre les métamorphes que l’on connaissait déjà, deux nouvelles « espèces surnaturelles » font leur apparition dans ce livre. Au moins l’une d’elle est très visible puisqu’elle est sur la couverture. J’ai adoré cet ajout, d’autant plus que chacune de ces nouvelles espèces est traitée relativement différemment de ce que l’on a l’habitude de voir dans l’urban fantasy / le new fantastique actuel. Il y a certains points communs, certes, mais le contexte donne toute l’originalité à ces nouveaux venus.

Pour cette intrigue, nous suivons donc Rose, une humaine qui se retrouve embarquée bien malgré elle dans un merdier incroyable. J’ai trouvé le personnage très attachant et ses réactions super humaines. Même face aux pires dangers, elle trouve un moyen détourné pour s’en sortir et utiliser la raison plutôt que la force. Tout du moins dans un premier temps. Cela change drastiquement de Christina, l’héroïne des Métamorphoses, beaucoup plus dans la provocation et l’emportement au fil des émotions. Elle est aussi beaucoup moins impliquée que cette dernière et subit davantage les événements sans vraiment comprendre ce qu’il se passe ni pourquoi elle est impliquée, ce qui la rend très sympathique et charmante. On compatit sans cesse avec elle, en espérant que la situation s’arrange, alors qu’elle ne cesse d’empirer, encore et encore, jusqu’à devenir incontrôlable.

A côté de ça, on retrouve bien évidemment plein de nouveaux métamorphes très chouettes et au caractère bien trempé. Ce que j’ai beaucoup aimé, c’est le traitement des extrêmes. Alors que les métamorphes sont dévoilés au monde, on retrouve ici le camp pour et le camp contre, avec beaucoup d’extrémistes qui viennent compliquer la tâche. Malgré bien sûr la situation un peu surnaturelle, on y retrouve quelque part pas mal d’actualité. Jusqu’où êtes-vous prêts à aller pour protéger votre communauté ? C’est un des grands messages du texte, et c’est aussi un gros fil rouge que l’on retrouvera sans aucun doute dans le prochain tome, puisqu’il s’agit d’une nouvelle saga.

Parmi les personnages à part de ce bazar politique, on trouve Nicolas, considéré comme différent dans sa communauté et qui souffre d’exclusion. Outre bien sûr son rapprochement avec Rose qui intervient rapidement dans l’intrigue, j’ai trouvé qu’il s’agissait d’un personnage très intéressant avec beaucoup de dilemmes et à l’évolution incroyable tout au long de l’intrigue, à mesure qu’il se découvre lui-même en même temps qu’il découvre Rose. Ils ont un développement parallèle très intéressant et j’ai beaucoup aimé le suivre.

En bref, ce n’est pas une grosse nouvelle si je vous dis que j’ai énormément aimé les personnages de ce texte, étant donné que je trouve qu’il s’agit de l’énorme point positif de l’autrice. Je suis complètement fan du développement de ses personnages, et j’ai très hâte de les voir évoluer dans la suite de l’histoire. Son style d’écriture est toujours aussi fluide et plein d’émotions. On reste scotché au livre du début à la fin et il est très difficile de s’en décrocher lorsqu’on se retrouve au beau milieu de l’action. Tout se lit tout seul, et on navigue dans un flot d’émotions constant. Bah oui, parce que chez Beta Publisher, le drama est légion, mais je ne vous apprends rien. On commence à s’y habituer, même si ça fait mal au kokoro – bon, ok, sauf dans Les Trois Gardes, on s’y habitue pas, jamais, je te déteste Damien ❤ -.

Ce fut une excellente découverte avec un gros début de merdier politique dont j’ai hâte de voir les répercussions, et de nouveaux personnages plein de charme et attachants qui réussiront forcément à vous séduire. Je vous le recommande chaudement, il est vraiment chouette !

3. Un petit extrait ?

Ce fut un bruit strident et perçant qui me força à ouvrir les yeux. « J’ai dû m’évanouir » fut la première pensée cohérente qui me vint, alors qu’un froid terrible s’insinuait en moi et qu’une forte douleur irradiait dans mon cou, m’empêchant de respirer et menaçant de me replonger dans le néant d’une seconde à l’autre. Ma perte de connaissance n’avait pas dû être longue, car j’étais toujours au même endroit et dans la même position.

Dans un sursaut de lucidité, je tentai de passer mes doigts sous la chaînette des menottes afin de relâcher un peu la pression sur ma gorge, mais sans succès. En m’évanouissant, j’avais dû lui lâcher les mains et le poids de son corps maintenant la chaîne contre mon cou. Il fallait à tout prix que je me dégage et très vite, sinon j’allais mourir là, étranglée par accident, par la personne que j’essayais de sauver !

Je tentai de changer de position, mais mes forces s’amenuisaient à cause du manque d’oxygène. Les sirènes qui m’avaient réveillée et qui semblaient de plus en plus proches, n’arriveraient probablement pas à temps. Non, je devais tenir bon, m’acharnai-je avec l’énergie du désespoir, en essayant une dernière fois de me libérer. Je sentais mes forces m’abandonner pour de bon quand j’entendis une porte s’ouvrir. Ce son ralluma une petite lueur d’espoir en moi, me permettant de tenir le coup quelques secondes supplémentaires. Ce fut alors que la morsure de la chaîne sur mon cou se relâcha subitement et que je pus aspirer de grandes goulées d’air glacé, mes mains crispées sur ma gorge douloureuse. Je me forçai à ouvrir les yeux pour localiser mon sauveur et le remercier, mais à part moi et la jeune fille inconsciente, il n’y avait personne. Ce fut à ce moment que plusieurs véhicules, toutes sirènes hurlantes, tournèrent le coin de la rue et vinrent s’immobiliser le long du trottoir.

C’est tout pour cette petite chronique ! Août sera a priori plus calme, puisqu’il ne me reste plus qu’un petit service presse à traiter pour une autrice auto-éditée. Je vous souhaite de bonnes vacances à ceux qui sont libérés en août, et on se retrouve bientôt pour de nouveaux articles !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :