[Beta Publisher] Wildekat – Tome 1 : Le sang de Fenrir – Sophie Bachet

WILDEKAT – TOME 1 : LE SANG DE FENRIR
Sophie Bachet

Bonjour tout le monde ! Nous nous retrouvons pour une nouvelle chronique, avec toujours plus de fantasy, et cette fois-ci, pour de la fantasy nordique. Vous êtes prêts ?

Sans racines

Après avoir vécu l’enfer chez elle, l’énigmatique Wildekat a réussi à échapper à ses bourreaux et est déterminée à reconstruire sa vie ailleurs, sur Gondwana. Alors qu’elle découvre les us et coutumes de son nouveau lieu de vie, elle est recueillie par Henrik, un membre éminent de la cité qui, touché par son histoire, a décidé de la prendre sous son aile.

À ses côtés, Wildekat prend peu à peu conscience que sur ces terres, être une femme n’est pas un crime, et qu’elle peut embrasser la voie qu’elle souhaite. Bien vite cependant, son nouvel équilibre est bouleversé par une série d’attaques en ville, qui menacent de détruire les miettes qu’elle a réussi à reconstruire.

Pour défendre sa liberté et celle de sa nouvelle famille, Wildekat est prête à s’engager en tant qu’espionne, au risque d’y laisser sa propre peau.

Mais dans ce monde de masques et de faux-semblants, la jeune femme pourrait bien y laisser quelques plumes.

Le tome 1 des aventures de Wildekat est disponible depuis le 14 février 2022 au format papier et numérique. Vous pouvez retrouver le roman sur le site de la maison d’édition.

L’appel du sang

Ce roman, ça aura été un sacré yoyo émotionnel. Il se passe tellement de choses en 380 pages que je ne sais même pas par où commencer.

Wildekat se place dans un univers de fantasy à inspiration nordique. Par-là, j’entends que l’on reprend quelques dieux, quelques inspirations de la mythologie nordique, mais ce n’est pas 100% fidèle aux histoires que l’on connaît sur le sujet. Il y a un petit côté science-fantasy, étant donné que nous nous trouvons sur une autre planète, et seuls deux dieux sont vraiment mentionnés : Loki et Freyja, qui ont tous les deux énormément d’importance, même si je ne peux pas dire pourquoi. On a quelques autres mentions dans les noms des personnages, et on remercie le petit lexique à la fin parce que ça donne pas mal de sens à certains personnages, une fois qu’on s’en rend compte.

Nous suivons les aventures de Wildekat, une jeune femme dont on ne sait rien et dont on découvre le passé petit bout par petit bout, à mesure qu’elle s’adapte à sa nouvelle vie. C’est un personnage très intéressant parce que de la première ligne à la dernière, il est impossible de savoir ce qu’est Wildekat. Je parle non seulement de son identité, qui est la grosse question du roman, mais aussi de sa nature même. Mi-féline, mi-humaine, on a du mal à la cerner, et même avec les indices, on a du mal à se faire une véritable idée.

Le personnage est extrêmement attachant et on se rend compte très vite qu’elle revient de loin : peur du contact, méfiance vis à vis des hommes, et un profond ressentiment contre toute forme d’injustice, au point de se mettre parfois elle-même en danger. J’ai adoré comment le texte aborde le traitement de la place de la femme dans le récit, avec clairement une ligne de conduite sans tabou. On parle aussi bien de prostitution que de violences faites aux femmes, avec un soupçon de féminisme ici et là qui est très appréciable et passe très bien dans le texte.

Mais en même temps, Wildekat est aussi, comme plusieurs personnages du roman, un masque, une entité dont on ne sait trop si elle existe ou si, comme pour d’autres, elle est là pour manipuler le lecteur. Il y a des indices troublants, il y a des scènes troublantes. Dès qu’on pense saisir le personnage, de nouveaux éléments viennent remettre en question ce que l’on sait, et je pense qu’on est loin, très loin d’avoir découvert tous ses secrets. On ne sait toujours presque rien sur ses origines après ce tome 1, et ce que l’on voit de la fin de cette aventure montre qu’il y a encore des choses à découvrir sur elle, sur d’autres plans.

Les autres personnages sont tout aussi attachants. Le développement de tout le milieu politique et militaire de la Cité et les figures qui l’encadre sont tous très chouettes, et ils nous mènent tous en bateau, d’une manière ou d’une autre. Je vous conseille de ne pas trop vous attacher à tout le monde parce que vous risquez de le regretter. Très fort. Vraiment très fort. Mais je conçois que ce soit difficile. Mais ne le faites pas. Vous allez le regretter.

La nature même du roman est un gros piège par ailleurs. Les premiers chapitres font très roman picaresque, on y suit les mésaventures de Wildekat alors qu’elle cherche à trouver sa place dans le monde, sans le sou ni les compétences sociales pour. C’est drôle, c’est touchant, ça fait un peu aventure initiatique et on pourrait croire que quelque chose va se broder à partir de là… Mais très vite, le côté tout mignon, tout gentil, tout drôle, il vous revient dans la tronche comme un boomerang, et par là j’entends que vous vous mangez le boomerang en pleine tronche, qu’il repart, et qu’il revient s’encastrer dans votre crâne avec deux fois plus d’élan. Et ça fait MAL. Et quand je dis mal, c’est très mal.

C’est un peu la même chose pour le public visé. On pourrait penser au premier abord que c’est un texte qui vise plutôt les ados, les jeunes adultes, et puis il y a des scènes très surprenantes qui viennent remettre en question votre existence toute entière tellement elles sont horribles, violentes et tellement bien décrites que vous allez entendre votre petit cœur exploser en un milliard de petits morceaux.

Tout est une question de masques, et c’est pour cette raison que j’ai autant aimé ce texte. Il y a plein de niveaux de lectures possibles, et plus vous vous posez de questions sur l’intrigue, les personnages… Plus vous avez de questions. Le style de l’autrice est très fluide également, il est très difficile de lâcher le roman, on a toujours envie d’en savoir plus. C’est de la sorcellerie. Je pense que cette série a un grand, grand potentiel, et j’ai très hâte d’en découvrir la suite !

Un petit extrait ?

Après une longue et sinueuse montée, elle vit la foule amassée, silencieuse, au pied de la statue dorée représentant la déesse gardienne de Gondwana, Freyja, qui regardait l’horizon, tête droite et fière. Elle portait d’une main une épée levée vers le ciel, avertissement à quiconque souhaiterait s’en prendre à Gondwana, de l’autre une gerbe de fleurs couronnée de petits animaux rappelait sa nature généreuse.

Wildekat se fondit dans l’amas de spectateurs rassemblés pour l’événement. Un représentant du tribunal de Gondwana annonça la condamnation à mort, et ajouta que la sentence allait être exécutée publiquement. La foule trépignait d’impatience, la tension était palpable.

Ils arrivèrent enfin. Une vingtaine de condamnés à mort avançaient en file indienne, guidés par un garde. Habillés de blanc, les mains attachées devant pas une corde épaisse, ils avançaient telle une chenille suivant sa funeste route. La foule se mit à haranguer les condamnés, tout en leur lançant des cailloux. Les apôtres de Fenrir gardaient la tête haute, défiant leurs assaillants, prêts à mourir pour leur maître.

Une vague de haine se déversa dans les veines de Wildekat et elle se fraya à coups de coude un passage afin de se jeter sur le premier condamné. La jeune femme se mit à le tabasser de ses poings et le renversa au sol après lui avoir brisé le nez. Entravé par ses cordes, il était sans défense. Elle s’assit à califourchon pour bloquer son corps, sortit sa dague et lui trancha la gorge en criants de rage. Elle plongea son regard noir dans celui de l’homme pour voir la vie s’évader de ses prunelles, alors qu’il agonisait comme une brebis égorgée. Victorieuse, elle passa ses mains dans le sang chaud de l’homme qui s’échappait de sa gorge, puis s’en enduit le visage.

C’est tout pour aujourd’hui 😀 J’espère que cette petite chronique vous aura donné envie d’en savoir plus. On se revoit très bientôt pour de nouveaux articles !

Un commentaire sur “[Beta Publisher] Wildekat – Tome 1 : Le sang de Fenrir – Sophie Bachet

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :