[Beta Publisher] Les Enfants d’Astra – Tome 4 : Éclatement – Isaure de Villers

LES ENFANTS D’ASTRA – TOME 4 : ÉCLATEMENT
Isaure de Villers

Bonjour ! Bon, on va pas se mentir, on avait laissé cette saga sur des événements vraiment pas très joyeux. Mais si vous pensiez qu’on avait atteint le pire du pire dans le tome 3, attendez de lire le tome 4. À côté, le tome 3, c’est T’choupi rentre à la maternelle, et je ne rigole même pas.

Cette chronique contient de gros spoiler sur les tomes précédents ! Ne vous aventurez pas si vous ne les avaient pas lu avant. Vous pouvez en revanche retrouver les autres chroniques de la série par ici : Tome 1Tome 2Tome 3.

Les choses s’arrangent, ça fait plaisir (non)

L’annonce de la mort de Cyndie, sur sa planète natale, Sagan, enflamme l’AM.Erica. D’un côté, les enfants d’Astra accusent Aileen d’être responsable, de l’autre, l’opinion publique, émue, menace également de se révolter. La menace d’une révolte sur Mars vient également diviser encore un peu plus le faible équilibre sur lequel repose la fratrie à la tête de l’AM.Erica. Dépassée par les événements, la jeune reine, qui cherche toujours à protéger le secret de son fils, voit le pouvoir lui glisser entre les doigts. On doute de sa position, et de plus en plus de décisions se font maintenant sur elle. Combien de temps encore avant qu’elle ne perde totalement le contrôle ?

La disparition de Sybille d’Astra, la sœur de l’empereur, Rodolphe, en visite sur sa planète natale, met le feu aux poudres. Aileen n’en est pas la responsable, mais Rodolphe ne la croit plus. Pour lui, il est évident que celle qu’il aime a fait assassiner son propre sang. Enragé, il enclenche la phase suivant du plan.

Cette fois-ci, il semble que plus rien ne pourra ramener la paix. Il est temps pour les enfants d’Astra de montrer leur vrai visage et d’entrer en révolte. Mais Rodolphe sera-t-il vraiment capable d’aller au bout du plan, au point de s’en prendre personnellement à la mère de son fils ? Il en doute toujours.

Le tome 4 des Enfants d’Astra est disponible aux éditions Beta Publisher depuis le 19 septembre 2022. Vous pouvez le retrouver au format papier et numérique sur le site web de la maison d’édition.

Révolution rouge sang

Ce tome 4 m’a laissée sur les fesses, ah ah. Il m’a fallu bien quelques minutes pour m’en remettre, tellement la lecture a été intense, et en particulier la fin où des tas de choses se passent simultanément pour les personnages, au point de ne plus savoir si vous trouvez ça bien pour l’intrigue ou pas. Pour tout vous dire, j’aime les lectures sadiques, mais même moi j’ai eu du mal sur la fin de ce tome. Je ne savais plus vraiment si je pleurais, si j’étais choquée ou si j’avais juste envie de lire la suite, tout se mélange.

Nous avions quitté le tome 3 sur un gros drama, qui est la mort de Cyndie, qui a foncé volontairement sur sa planète natale après avoir compris qu’il n’y avait plus d’espoir que les choses redeviennent comme avant. L’histoire reprend directement sur les conséquences de sa mort, sur Aileen et sa famille comme pour Rodolphe et la sienne. Les réactions sont mitigées, Cyndie n’ayant pas été un personnage modèle dans le dernier tome, mais ça reste douloureux pour tout le monde.

Ce que j’ai tout de suite aimé dans ce tome, c’est qu’à partir de là, on commence à comprendre presque immédiatement que ça va partir en n’importe quoi. On nous parle de manifestations et de révoltes tout au long de l’histoire, d’abord à l’arrière-plan, passant presque inaperçues, puis de plus en plus présentes jusqu’à prendre le contrôle entier de l’intrigue. Ce sont ces révoltes qui donnent le rythme du récit, d’abord assez lent et mélancolique, jusqu’à l’explosion et l’overdose de drame dans les derniers chapitres. Le roman ne vous laissera pas souffler une minute. On comprend qu’on arrive à l’apothéose de l’histoire, et que le ou les tomes suivants vont être décisifs, que ce soit pour Aileen, Rodolphe ou leurs proches.

Les arcs se terminent, les fossés se creusent et il semble à présent impossible de réconcilier Astra et l’AM.Erica, malgré les tentatives des deux côtés pour retarder l’échéance au maximum. Les personnages prennent tous des directions différentes, et les rares points communs qui les unissaient encore sont brisés par les tensions et les trahisons. On le voit très fort entre Rodolphe et Aileen, mais aussi avec d’autres personnages comme Liam et Edward avec Éléonore, ou encore avec la situation de plus en plus instable de Mars. Plus on avance dans l’intrigue, pire c’est. On le voit aussi dans le fait que les figures de paix sont progressivement décrédibilisées et remplacées par des figures de guerre. Jusqu’à quel point ? Ça, c’est à vous de le découvrir.

J’ai très, très peur de ce qui va se passer dans la suite de l’intrigue. J’étais déjà sur les deux rotules à la fin de ce tome, mais on sent que bien qu’on ait atteint une sorte de finalité, ce n’est que le début d’autre chose. Il y a encore de nombreuses questions sans réponses et des interrogations sur certains personnages à répondre. Je pense notamment au fils de Rodolphe et Aileen, Théobald, qui prend mine de rien énormément d’importance dans ce tome, toujours en arrière-plan, et que je vois bien provoquer un nouveau tremblement de terre dans l’intrigue dans le tome suivant.

J’ai trouvé l’écriture de ce tome 4 vraiment incroyable. Encore une fois, la gestion de conflits politiques fictionnels, c’est très compliqué à faire en fiction. Mais ce qui est encore plus dur, c’est de les assumer jusqu’au bout. C’est ce que fait l’autrice ici, avec une plume de plus en plus tranchante et sans pitié. Le lecteur est de plus en plus perdu, parce qu’à ce stade de l’intrigue, il est impossible de prendre partie pour l’un ou l’autre. Tout le monde est fautif, tout le monde est coupable, et je pense que ce n’est pas prêt de s’arranger.

J’aimerais ajouter que ce texte a aussi une saveur très particulière vis-à-vis de l’actualité, avec des sujets qui touchent quand même très près de ce qu’on vit actuellement, et que ça vient fortement renforcer l’impression de malaise grandissant à mesure que l’intrigue avance, ce qui n’a pas été pour me déplaire ! Espérons que ça finisse mieux.

Dans tous les cas, ce roman reste un énorme coup de cœur, et je suis ravie d’être toujours là pour suivre la suite des aventures d’Aileen et Rodolphe. Je pense toujours que cette saga a un potentiel de fou furieux, et j’ai super hâte de voir quel dénouement, tragique ou non, surviendra dans le futur. En attendant, je ne peux que vous recommander de vous plonger dans l’histoire, que ce soit ce tome ou les précédents, vous ne le regretterez pas !

Un petit extrait ?

— Cyndie a dévié la trajectoire du vaisseau à proximité de Sagan. Elle ignorait qu’il faut maintenant des navettes spéciales pour atterrir là-bas… L’appareil a commencé à être agité d’affreux soubresauts et je me suis réveillé, comme Sandrine. Elle a tenté de corriger la trajectoire, mais les commandes manuelles ne répondaient plus… Elle nous a alors hurlé de nous accrocher à quelque chose en prévision du choc lorsque nous heurterions la surface de la planète. Je me suis laissé tomber à terre et j’ai agrippé à pleine main une barre de fer encastrée dans le mur. Quand je me suis retourné pour vérifier que Cyndie avait obéi, je l’ai vue au milieu de l’allée, immobile, sans réaction, avec un étrange et doux sourire que je ne luis connaissais pas…

La voix du jeune homme se brisa dans sa gorge et Aileen sentit une pensée affreuse l’envahir. Cyndie aurait-elle réagi différemment si elle ne lui avait pas révélé quelques jours plus tôt, sur un coup de tête, la réalité de ses origines ? La jeune femme eut l’impression qu’un poison se répandait dans ses veines et du se raccrocher au mur pour ne pas tomber.

Ni James ni Sandrine ne s’aperçurent de son trouble.

— Elle ne s’est pas accrochée, termina sa sœur aînée. Lorsque le vaisseau a heurté Sagan, elle a été projetée dans les airs. Le temps que j’arrive, elle lâchait un dernier mot en inspirant à fond l’air vicié et lourd de sa planète…

Aileen eut du mal à paraître calme lorsqu’elle les questionna.

— Quel était ce dernier mot ?

James esquissa l’ombre d’un nouveau sourire triste.

— Sagan bien sûr…

La jeune femme releva aussitôt les yeux, comme piquée au vif, et ne put plus contenir son angoisse.

— C’est à cause de moi ? Sandrine, James, c’est à cause de ce que je lui aie dit ? Sans moi, peut-être qu’elle n’aurait pas fait cela et…

Et peut-être qu’elle aurait toujours sa demi-sœur et pourrait tenter de la comprendre pour la première fois depuis qu’elle avait débarqué dans sa vie.

C’est tout pour aujourd’hui ! J’espère que cette petite chronique vous a plu 😀 On se donne rendez-vous bientôt pour de nouveaux articles ! Des bisous !

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :